Comment gérer les acouphènes?

Bruit stridentBonjour tout le monde

Bon je me décide enfin à écrire un petit mot pour donner un ou deux conseils qui font que mes acouphènes ne me gênent plus.
Attention, les phrases qui suivent n’engagent que moi et ma conviction. Ce sont uniquement des pistes de réflexions. Elles m’ont aidé dans la diminution de mes acouphènes et je pense qu’elles peuvent en aider d’autres, mais je ne suis pas du tout spécialiste en la matière et, du même coup, pas qualifié pour dire si mes réflexions peuvent être dangereuses ou pas. Bref, à vous d’estimer si ce qui est écrit plus bas peut être dangereux pour vous ou non. Je ne pourrai être tenu responsable… toussa toussa…

Voila une fois les précautions d’usage énoncées, je peux commencer ;-)

Voila l’histoire:
Suite à des sorties très fréquentes en boite en fin d’adolescence, une fois, j’ai senti mes 2 tympans vibrer en même temps… C’était le début du truc… J’ai même été voir le DJ pour lui dire que la musique était trop forte (il a du me prendre pour un cinglé). Depuis j’ai des sifflements et des chuintements dans les oreilles. Par contre, jusqu’à présent cela ne m’avait jamais vraiment inquiété. De février à avril 2010, je prépare un marathon et donc je cours avec un lecteur mp3 en permanence durant les entrainements. Parallèlement, je réussi un concours en mai 2010 qui m’oblige à partir le 1er septembre suivant à 600km de ma famille pendant 8 mois. Mes acouphènes se sont démultipliés progressivement de mai jusqu’en août pour devenir vraiment très très gênants, débouchant sur une sorte de mini dépression : j’avais pu prendre 4 semaines de vacances avant de partir mais j’étais super irascible et n’avais envie de rien faire du tout. J’étais vraiment perturbé par mes acouphènes que j’entendais en permanence et m’empêchaient de profiter de la vie. J’ai aujourd’hui 37 ans.

J’ai passé beaucoup de temps sur les forums à voir comment régler ces problèmes d’acouphènes. Cela a été un bien et un mal. Tous les gens des forums ont des problèmes d’acouphènes et personne ou presque ne témoigne de la « guérison ». C’est donc archi déprimant de lire ces témoignages ! On ne lit que des situations où les personnes n’en peuvent plus, c’est un calvaire, ils pensent au suicide, rien ne fonctionne, etc… Tout le monde cherche des solutions mais personne n’en trouve. Je pense vraiment que les témoignages négatifs sont à lire avec parcimonie.

criBref, suite à ces recherches je comprend aussi que j’ai une hyperacousie qui fait que les cris des enfants ou les chocs d’objets me gênent énormément. Au fur et à mesure de mes lectures, je me rend compte également qu’il n’y a pas de solution… et là.. c’est le drame… (à dire avec une voix M6iène). Une angoisse me monte : déjà que je ne supporte pas ces acouphènes alors si on ne peut pas les faire disparaitre, comment vais-je faire :-/ Et surtout comment sera ma vie s’ils augmentent d’intensité?!?!! … Cette idée est très très très angoissante :-/

Je prends rdv chez une ORL renommée sur Nantes. En fait j’ai son remplaçant qui me prescrit du Vastarel. J’en prend 3 fois et vois que cela ne me fait rien. J’arrête dans la foulée car je crois savoir qu’il y a un phénomène d’accoutumance. Je reprend un rdv avec la bonne ORL (Docteur Holer aux Nouvelles cliniques Nantaises) qui me fait passer moult tests. Bilan: 30 décibels d’acouphènes et une toute petite perte d’audition d’un coté dans les 6000Htz je crois (mais c’est classique pour une personne ayant des acouphènes).

Je commençais néanmoins à gérer mes acouphènes par 2 ou 3 trucs que je me suis trouvé et que je vous dirai un peu plus loin. L’ORL me dit que mes acouphènes sont certainement causés par le cumul du lecteur MP3, du stress de laisser ma famille à 600km pendant 8 mois et de mes antécédents. Elle répond également à mes questions:
plongée en bouteille encore possible? => Non à éviter absolument
puis-je encore prendre l’avion? => aucun soucis (à la réflexion c’est un peu étrange compte tenu de la première réponse)
il y a-t-il des médicaments à ne pas prendre? oui, tous les ototoxiques genre Ibuprofène,aspirine,… (plus d’infos ici)
cela peut-il s’empirer? oui
cela peut-il se réduire? oui

L’ORL me conseille d’aller voir un sophrologue spécialisé dans les problèmes d’acouphènes. Ce que je fais mais, bien que la technique m’intéresse, je n’arrive pas vraiment à voir le rapport entre les acouphènes et la sophrologie… Je fais 3 séances dont 1 seule réellement en rapport avec les acouphènes (la première et la dernière étant plutôt un échange entre le sophrologue et ma curiosité). En fait, j’ai déjà trouvé les astuces pour ne plus moins me soucier de ces acouphènes. J’ai finalement pu saisir le lien entre la sophrologie et les acouphènes : l’idée est de se mettre dans un état de bien être qui permet d’écarter les acouphènes et leur gène. Mais bon pour moi, cela n’a pas été concluant dans le sens où il m’a dit: « vous n’avez pas besoin de moi ».

Bon alors? Il nous fait poireauter là, mais nous on veut savoir ! COMMENT ON FAIT POUR GÉRER CES $#£!§*%@# D’ACOUPHENES !?!??!!!
Bon alors, en fait, c’est très simple, il suffit d’envoyer stopacouph au 08 06 53 25 … :-)))

mais non… :-) (quel blagueur quand même)

Sérieusement, voila ce que j’ai intégré et ce qu’il faut intégrer (selon mon avis qui n’engage que moi): il ne faut plus que les acouphènes soient présents à l’esprit afin que le cerveau se déshabitue et les écarte, il faut que le cerveau les shunt (et je pense que tout le monde est d’accord avec ça).  Alors :

1ère piste.

pouvoir-cerveauLes acouphènes peuvent avoir une cause physique (exposition au bruit ou médicament par exemple) mais aussi psychique. C’est la personne elle-même qui peut générer ou réduire ces acouphènes. On sait également que le cerveau a une très grande capacité d’adaptation. Je vous donne un exemple (qui a priori n’a pas de rapport avec les acouphènes) pour bien vous montrer les capacités d’adaptation de notre cerveau.

Tout le monde sait que l’image qui arrive dans l’œil d’une personne se trouve inversée sur sa rétine, c’est le cerveau qui la retourne pour qu’on puisse la voir dans le bon sens. Des lentilles ont été mises devant les yeux de sujets, ces lentilles avaient pour fonction de faire pivoter l’image de 180°, le haut est en bas et le bas en haut. Les sujets voyaient donc tout à l’envers. Et bien au bout de quelques jours d’adaptation, le cerveau remet l’image dans le bon sens! Il réussit à s’adapter et à modifier sa perception pour pouvoir être plus à l’aise. Et si on enlèvent ces lentilles? Que se passe-t-il? Et bien le cerveau fait l’opération inverse et retrouve sont fonctionnement normal. Pour ceux qui veulent approfondir : un e-book sur le sujet.

Alors si le cerveau peut faire ça, il peut assurément écarter de sa perception ces sifflements et chuintements. Et je pense que c’est d’autant plus facile que les « bruits » parasites sont réguliers (par opposition à irrégulier dans leur intensité et leur modulation), ce qui était mon cas.
=> Vous devez être convaincu que votre cerveau peut occulter vos acouphènes.

2ième piste.

fouleIl ne faut pas changer de mode de vie à cause de ces acouphènes, ne pas éviter le bruit « normal ».

Si le brouhaha d’une foule, le son d’une salle de cinéma, les bruits des voitures, la vaisselle qui s’entrechoque, etc. ne provoquent pas d’acouphène chez les personnes qui sont autour de moi, il n’y a pas de raison pour que ces sons augmentent mes acouphènes, j’ai les mêmes oreilles que les autres (certains cils sont un peu plus abimés peut être mais ceux d’à coté sont normaux).

Par contre, j’utilise systématiquement des bouchons d’oreilles pour les concerts et le bricolage (scie circulaire, lapidaire, etc.) et uniquement pour ça. J’ai acheté de bons bouchons d’oreilles sur internet spécial « concert » qui ne dénature presque pas toutes les fréquences de sons et j’utilise un casque pour le bricolage. Je pense que je mettrai également mes bouchons si je participais à une manifestation (avec des cornes de brumes, pétards, etc.).
=> Vivez le plus normalement possible, n’ayez plus peur du bruit.

2ième piste bis.

calimero2Ne vous plaignez pas tout le temps auprès de vos proches.

En effet, vos proches n’entendent pas vos acouphènes, ils sont à vous. Ils vont même penser que vous exagérez beaucoup votre mal-être. Bien sûr il faut que vos proches soient au courant. Vous pouvez évidemment en parler de temps en temps pour pas qu’ils oublient que vous vivez avec cette gène. Mais vous ne devez pas rendre les acouphènes responsables du fait que vous êtes amorphes, que vous n’avez envie de rien, etc. Pourtant au début c’est quasi inévitable je pense. Ensuite il faut passer au dessus de ça et vivre normalement. Vous entendez du bruit, soit. Ils vous gênent, soit. Moins vous en parlerez et moins vous y penserez, plus votre vie se rapprochera de la normale, plus vous les oublierez, plus vous serez bien dans votre peau.
=> Vivez normalement.

3ième piste.

Une étude a été faite : quasi tout le monde a des acouphènes mais ne le sait pas car il ne se focalise pas dessus. Donc tout le monde a des acouphènes, donc tout le monde vit avec cette « gène ». Lorsque je repense à mes acouphène de temps en temps et qu’ils me reviennent à l’esprit, je me dis que tout le monde en a, que c’est la norme. Tout le monde à une tête, des oreilles, tout le monde voit la lumière, les couleurs de la même façons et bien tout le monde a ce sifflement dans la tête.

Pour préciser mon raisonnement, je vais faire une autre comparaison. Imaginons que le fait de voir la couleur rouge me deviennent soudainement très gênant. Tout le monde voit la couleur rouge et ça ne gène personne. Il n’y a pas de raison que moi ça m’ennuie. C’est comme ça, c’est un fait, la couleur rouge est là, tout le monde la voit, tout le monde vit avec, c’est la norme pour tous les êtres humains, le rouge est là, tout le monde le voit. Et bien les acouphènes c’est pareil, tout le monde en a, tout le monde vit avec, il faut l’intégrer à sa vie, c’est une norme, tous les êtres humains en ont, c’est comme ça, ils font partie des caractéristiques des hommes: une tête, des yeux, des oreilles, des acouphènes, des bras.
daltonienEn ce qui me concerne, je suis peut être un peu aidé car je suis daltonien, je confond certaines couleurs, ce qui fait que je n’ai jamais vu comme les autres voient. Pour moi c’est normal de voir comme je vois parce que je n’ai jamais vu autrement (et puis si ça se trouve c’est moi qui voit bien et vous qui avez un problème… ;-) ). Les acouphènes c’est pareil, ils font partie de ma norme qui sont ma seule référence dorénavant. On pourrait imaginer que c’est gênant d’avoir un nez au milieu de la figure, on pourrait associer ça à une protubérance très disgracieuse qui aurait poussé là, au milieu du visage. Imaginez que vous soyez la seule personne à avoir ce « nez », cela vous semblerait certainement très très gênant vis à vis des autres et de vous même, ce nez vous pourrirait la vie. Et il n’en ai pourtant rien car tout le monde en a un (bon ok plus ou moins beau on est d’accord). Ce nez, pourtant moche (si, c’est moche un nez), ne vous gène pas et pourtant il est plus visible que les acouphènes.
=> Intégrer vos acouphènes comme faisant partie de votre vie et de celles des autres.

4ième piste.

La réflexion précédente m’en a amenée alors une autre: la relativité.

relativiteCela peut paraitre un peu trivial mais cela fonctionne. Je dois faire un choix: on peut me supprimer mes acouphène mais je dois donner mon bras droit. Plus aucun acouphène mais plus de bras droit non plus. Je choisis quoi? Je préfère garder mes acouphènes et ma main ou tout supprimer? Si je choisis de supprimer mes acouphènes et mon bras droit, je me retrouve dans la situation de nombreuses personnes amputées qui pourtant paraissent avoir réussit à surmonter leur handicap. Les reportages sont remplis de personnes handicapées physiquement qui vivent très bien leur handicap. Pourquoi moi, qui assurément ne donnerait pas mon bras pour supprimer mes acouphènes serait moins heureux qu’une personne unijambiste? Finalement mon problème est-il si grand? Si j’avais un accident et que je perdais l’usage de mes jambes je regretterai à coup sûr le temps où je n’avais que des acouphènes. Et si demain cela m’arrive? alors finalement ne suis-je pas bien aujourd’hui avec mon petit handicap? Je m’apitoie sur mon sort mais est-ce réellement à la hauteur du préjudice?
Imaginez-vous réellement avec le bras droit en moins. Quelle serait votre vie au quotidien?… alors ? Ces acouphènes sont-ils si graves?
=> Relativisez cette gêne causée par vos acouphènes.

Voila mes pistes d’améliorations qui, je le répète, n’engagent que moi : si une personne qualifiée vous a dit de porter des bouchons d’oreilles toute la journée, faites-le évidemment !

Et la suite? Que va-t-il se passer?
Un jour, voila ce qu’il m’est arrivé et ce qu’il va vous arriver: vous allez vous réveiller un matin et ne pas entendre vos acouphènes, vous allez même les chercher. Ce silence ne va pas durer longtemps puisque vous aller les chercher (et vous allez d’ailleurs les retrouver). En revanche, ce temps durant lequel vos acouphènes auront disparu de votre perception va vous amener à penser qu’ils peuvent disparaitre complètement pendant quelques secondes. Alors? Si c’est arrivé pendant quelques secondes, il n’y a pas de raison que cela ne puisse pas durer plus longtemps. Il faudra alors se souvenir de ce moment à chaque fois que vous les trouverez gênants et que vous pensez qu’ils peuvent empirer, à chaque fois : un jour je ne les ai plus entendus du tout, ce moment peut revenir à tout moment !

Voila comment j’ai surmonté mes acouphènes. Là où avant j’y pensais 4 ou 5 fois par heure, aujourd’hui c’est maximum une fois ou deux par jour. Je n’ai plus peur du bruit ou de l’éventualité de rencontrer du bruit. Mes conditions de vie se sont considérablement améliorées.

Bon courage, vous allez pouvoir y arriver aussi, vous verrez.

N’hésitez pas à partager cette page (sur facebook ou ailleurs) et vos expériences sur le sujet dans les commentaires ci-dessous.

Mise à jour du 10 octobre 2016
Grosse grosse news pour moi ! Je reviens de 15 jours de vacances à Bali, j’adore tellement l’eau et l’endroit est tellement incroyable que j’ai passé mon Open Water SSI là bas. Donc oui, j’ai bravé l’interdit. J’avais en tête que jamais je ne pourrai faire de la plongée et bien en fait non ! Je peux :-)
Pourquoi et comment j’ai décidé de le faire malgré les recommandations des médecins? En fait lorsque l’on a des acouphènes, ce sont les cils qui sont abimés pas les tympans. Lorsque l’on plonge, ce sont les tympans qui peuvent poser problèmes, pas les cils. Donc je me suis lancé… Et cela a fonctionné. J’ai fait 5 plongées de 45 min chacune dont 3 à -18m de profondeur et c’était fantastique ! En ressortant de l’eau, je n’avais pas plus d’acouphènes qu’avant. Même mieux, avant je n’osais pas plonger en apnée trop profondément (maxi 3m car mes oreilles me faisaient mal) mais maintenant que je sais gérer mes oreilles (grâce aux cours), je plonge jusqu’à 10m de profondeur en apnée sans problème. C’est donc une excellente nouvelle pour moi :-) Bon je ne dis pas qu’il faut le tenter hein, chacun prend ses responsabilités. Moi, en tout cas, je ne regrette pas une seconde. Je regrette juste de ne pas l’avoir fait plus tôt ;-)

30 mai 2017, J’ai récidivé : Philippines, plongées bouteilles à 20m de profondeur et apnée à -10m : zéro souci supplémentaire :-)

14 novembre 2017, Iles Andaman (Inde), plongées bouteilles à 30m de profondeur : zéro souci non plus

Si cette page vous a aidé, faites un don en cliquant ici, ça me fera plaisir ;-)
Pour cela vous aurez besoin de mon email : jeromax@gmhuhuhuail.com
Merciiii beaucoup !
Je vous aime ! ;-P

Mise à jour du 1er décembre 2017
Une idée comme ça, en passant, il pourrait être sympa de discuter de tout ça autour d’un verre. J’habite à Nantes. Si des personnes sont intéressées pour venir faire une rencontre dans le coin, envoyez moi un email avec pour sujet « RDV XIG » et on calera un truc si on est plusieurs : jeromax@gmhuhuhuail.com

349 réflexions au sujet de « Comment gérer les acouphènes? »

  1. j’ai changé d’acupuncteur, celui là, m’a promis qu’il me guériai mais que ce serait long. C’est un Dr chinois très réputée dans ma ville
    Après 2 séances espacées de plus de 15 jours mes acouphènes sont de plus en plus invalidants. J’ai dû doubler ma dose de lexomil, même le paracétamol à base d’opium ne me fait rien.
    Je dois y revenir dans 10 jours. je n’arrive pas à les oublier
    trop fort, impossible de relativiser ces bruit. Pour moi c’est l’enfer. Je survis…
    Quand les acouphènes sont faibles il est sûr que l’on
    peut relativiser. dois-je garder confiance?
    merci à ceux qui m’auront lu

    1. Bonjour,
      Je pense que tes acouphènes sont de plus en plus invalidants car tu te focalise de plus en plus dessus. Si tu ne t’expose pas plus au bruit que d’habitude, il n’y a pas de raison qu’ils augmentent. C’est probablement ta perception des acouphènes qui s’exacerbe. Il ne sont sans doute pas plus intenses qu’avant. Je pense effectivement que plus ils sont forts et plus c’est dur de relativiser mais tu dois pouvoir y arriver quand même. Cela sera peut-être plus dur que pour d’autres, ne perd pas courage. As-tu été mesurer leur intensité pour te faire une idée?

      1. Merci Jérôme pour ta réponse, non on ne m’a jamais mesuré l’intensité de mes acouphènes.
        Pourtant j’ai consulté le meilleur ORL de Toulouse
        quand mes acouphènes sont revenus il y a 10 mois
        j’avais été opéré à Montpellier en 2001 par le Pr Uzeil pour un cholestétome qui récidivait après avoir été opéré par un charcutier ORL à Toulouse en 1999. Acouphènes démentiels pendanr 3 ans avec clinique psychiatrique.
        Le Pr Uzeil m’avait fait disparaître mes acouphènes.
        Ils sont revenus à cause de beaucoup de stress survenu sur une courte période printemps 2013.
        alors que depuis 2001 je revivais normalement.
        Merci pour ton encouragement

  2. Bonjour Jérôme,
    Bonjour à tous,

    merci pour ton (vos) témoignage(s)très intéressants et fort pertinents, qui prouvent à l’envi qu’en matière d’acouphène, la sophrologie et le comportement peuvent largement améliorer la situation de perception des acouphènes.
    J’en ai à l’oreille droite depuis 5 ans (suite à une otite sérieuse) et ai privilégié la même approche, tout en complétant utilement par une hygiène globale la plus correcte possible, y compris acoustique…de fait, cet acouphène, que j’entends quand j’y prête attention, ne me gêne nullement…j’ai surtout réussi à les réduire, et à les faire disparaitre par moments complètement, moments de plus en plus fréquents (même en les cherchant pendant ces périodes, je ne les entends plus !), et ils se sont en tout cas atténués…

    Je donnerai quelques conseils utiles, dont certains ont été prodigués dans tous vos posts de ce très log chat, fort utile :
    1. si l’origine de l’acouphène est mécanique (ce qui est mon cas), avoir une hygiène d’oreille irréprochable en évitant toute agression, qu’elle soit sonore (fini les boites de nuit, les sonos violentes, le bricolage sans protection acoustique, peu ou pas de plongée immergée, éviter les entrées d’eau dans le conduit sous la douche, éviter d’agresser vos sens avec une sono trop forte, surtout avec des écouteurs, etc.), chimique (je ne prends aucun médicament allopathique ! et surtout pas des anti-inflammatoires – ce qui fait que considère probablement à juste titre que les otorhino qui préconise le chimique systématiquement sont à fuir comme la peste – c’est à notre mal français du reste et notre trou de la sécu quand d’autres génèrent des trous dans la couche d’ozone… A la rigueur, prendre des médocs qui font baisser la tension intraauriculaire ne fera pas de mal, car l’hypertension artérielle, on le sait, est une cause majeure de génération d’acouphènes) ou mécanique (massages doux et progressifs, pas de cotons tiges agressifs, pas de doigts dans l’oreille, sinon massages doux)
    2. gérer son stress au mieux (la sophrologie est une très bonne approche, mais chacun a sa méthode pour se détendre), et privilégier la relaxation (yoga, respirations longues abdominales, acupuncture, y compris de l’oreille, relaxations fréquentes – 1 minute suffit plusieurs fois par jour)
    3. Assouplir l’oreille externe par des huiles (mais pas en excès et ne pas bouche l’oreille, donc elle doit être superficielle sur la paroi du conduit)…l’huile d’amande fait l’affaire, si le cérumen est peu présent (impression d’oreille sèche qui accentue les acouphènes en rigidifiant le tympan)…
    4. Avoir une hygiène alimentaire exemplaire, mais ce ne doit pas être vécu comme une contrainte, mais comme une habitude alimentaire (légumes, limiter les graisses – causes de montée du cholestérol qui a probablement également un rôle dans la fluidité sanguine, la tension artérielle et donc les acouphènes, conserver un bon équilibre alimentaire, avec peu ou pas d’alcool de préférence, car l’alcool peut être un facteur d’aggravation des acouphènes dans les minutes qui suivent son ingestion, ce qui est mon cas). Réduire votre charge pondérale, si excessive, sera un facteur de limitation de ce problème également (objectif, poids (en kg) / taille au carré (en cm) entre 23 et 25 ! faites du sport ! mais plutôt d’endurance (marche d’abord, au moins 10 000 pas par jour, vélo elliptique, course (attention aux articulations), natation (avec bouchons d’oreille), vélo, etc…
    5. Faire de l’exercice (ni trop ni trop peu) et privilégier le grand air, car une journée de sport en plein air déstresse et rétablit les équilibres organiques et nerveux…
    6 Réalisez probablement tout ce que vous pouvez tenter et tester en complément de ces recommandations qui se veulent seulement pragmatiques, et surtout qui ne coûtent rien à les appliquer…

    Vous verrez, même avec d’autres origines (hypertension, défaut de l’oreille moyenne ou interne, etc.), vos acouphènes devraient en principe s’atténuer au bout de quelques mois, car ils se seront réellement atténués avec vos nouvelles habitudes de vie et d’alimentation, parce que vous aurez également mieux appris à les gérer et donc les oublier un peu comme le fait Jérôme…. en tout cas, ces actions vous seront bénéfiques également pour tous vos autres bobos et tracasseries de santé. Et vous irez tellement mieux que vous ne saurez plus vous en passer !… »Mens sana in corpore sano ».

    Bon courage, tout est possible, c’est une question de volonté mais aussi de discipline…en tout cas, ne vous prenez pas la tête avec ces conseils, mais prenez les en considération dans la mesure de vos possibilités, et progressivement si votre vie est tellement éloignée de cette que je vous décris…

    Bien à vous.
    Patrick

  3. Pour m’écrire, si vous le souhaitez, à une adresse neutre…
    (un erreur s’est glissée dans l’adresse précédente)…
    Patrick

  4. Bonjour à tous,
    Voilà mon cas, j’ai 27 ans, je souffre d’acouphènes depuis un gros choc émotionnel et psychologique il y a environ 8 mois. De nature anxieuse et angoissée, mes acouphènes ont vite pris une ampleur énorme: des sifflements, des chuintements, des bourdonnements incessants pendant 2 mois. Je précise que je suis musicienne (mais je ne m’exposais pas à des bruits énormes car je joue en acoustique et ne suis pas non plus fan de hard rock en concert…) d’où la véritable « psychose » qui s’est développée chez moi avec ces problèmes d’oreilles, mes oreilles sont ce que j’ai de plus précieux… Puis en novembre, trauma sonore « léger » suite à une sortie dans un bar: la fin du monde pour moi. Des acouphènes durs à ignorer car très perceptibles (sûrement à cause du mental!). Au bout de quelques mois, mes lésions de l’oreille interne ont été guéries… la suite: psychologiquement, un vrai chamboulement: j’ai commencé à ne plus entendre mes acouphènes; en journée ils n' »existaient » plus. Plus d’hyperacousie, l’espoir d’une vie normale. Le fait de focaliser mon attention sur d’autres choses et puis de me dire que mes oreilles allaient bien ont beaucoup contribué. Il y a deux semaines, ils ont même disparu quelque temps! Alors pendant 8 mois j’ai fait attention à mon alimentation, compléments alimentaires, vitamines, yoga, relaxation, acupuncture, hypnose, sophro.. j’ai tout testé!! Mais comme je suis d’une nature HYPER ANGOISSEE, il a été très difficile d’accepter ces ac et les ramener à un niveau gérable.
    Ce mois-ci je voyais enfin le bout!
    Mais aujourd’hui, grosse déprime. La semaine dernière, j’ai fait une rechute…. une exposition sonore trop forte. j’étais dans la rue, sans bouchons car j’essaie de vivre normalement sans la psychose du bruit, et n’étant plus hyperacousique je ne m’en faisais pas. mais des Harley davidson (je voue désormais une haine sans bornes envers les motards, héhé)m’ont « bousillé » les oreilles à nouveau. Alors je tiens à préciser que j’étais dans un état de stress intense, en train d’angoisser sur mes oreilles qui me jouaient de nouveau des tours depuis quelques jours… Après cette exposition au bruit des motos, acouphènes démultipliés. Cela me semble bien injuste, je commencais enfin à relativiser et me dire « ça va, ils ne sont pas si forts, c’est gérable au final! »
    Alors depuis….Panique, angoisse, je vous laisse imaginer. Le lendemain, ils étaient invivables. Bilan ORL: un nouveau trauma léger. Bon c’était le lendemain, peut-être que mon oreille était juste un peu « fatiguée »…!? depuis ils ont déjà baissé en intensité, peut-être que tout va finir par rentrer dans l’ordre.
    Alors, je ne sais pas au final s’il y réellement eu de trauma… (apparemment 5db en moins sur une oreille mais qui ne correspond pas à l’oreille où mes ac ont redoublé..) Je garde espoir que ce soit mon mental qui ait « ramené » ces ac à ma conscience et les ait décuplé, étant donné mon fort état de stress permanent, mon anxiété liée à ces ac, et ma grande capacité à influencer sur leur intensité. Il suffit que je me dise que je vais en avoir un pour qu’il apparaisse, je les entendais parfois à un volume énorme même en milieu bruyant alors que d’après mon Orl les décibels réels sont minimes… tout cela me fait penser que oui, le psy est plus que prégnant dans la question des ac et que oui, le cerveau peut les oblitérer comme les amplifier parfois dans une mesure énorme (même avec de la musique de fond, même dans le bruit, rien ne les couvre.. et puis d’autres jours, dans le silence, je ne les entendais même plus.)
    Aujourd’hui je suis de nouveau en panique, j’avais enfin commencé à « apprivoiser » mes acouphènes au bout de 8 mois…. et me voilà repartie à zéro (ou presque). J’essaie de garder espoir que cette aggravation ne dure pas!

    Si certains d’entre vous ont subi de nouveaux traumas (légers j’entends), que pensez-vous de tout cela? Une brève exposition à un bruit de motos suffit-il à aggraver des acouphènes à un point tel? Dans mon cas j’ai vraiment le sentiment que mon état psychologique y est pour beaucoup et influence aussi mon corps dans sa capacité à faire face aux agressions sonores: si je me dis « ça va me faire mal »… eh bien, ça me fait mal. Incroyable le psychique tout de même! Il faut dire que si pour moi l’audition n’était pas si importante, ce souci aurait peut-être disparu en peu de temps… bon maintenant, je ne sais pas, on verra….Le souci c’est que maintenant je crains vraiment tous les bruits forts, je commence à me dire que j’ai les oreilles vraiment plus fragiles que tout le monde…!

    Oulàlà je vous raconte un vrai roman, mais ça fait du bien de s’épancher, une vraie thérapie (tiens je n’entends plus mes ac au moment d’écrire ça ^^)

    Au final, même si là je suis un peu en crise d’angoisse ^^ je pense que ces chuchotements/bruits/cris parfois nous poussent à une sacrée introspection. Et que leur apparition n’est jamais purement physiologique (enfin, c’est mon avis non-médical!), la preuve pour moi c’est que tout a commencé avec un choc psy. Les soucis physiques se sont juste accumulés après -sinon c’est pas marrant! La bonne chose au final: j’ai découvert beaucoup de problèmes psy sous-jacents (youpi!), ça m’a obligé à m' »écouter », … euh…. (était-ce vraiment une si bonne chose?)

    Bon, sérieusement, je crois de plus en plus que choc psy, trauma sonore ou non, peu importe, nous avons tous cette sensibilité enfouie, un choc quelconque a juste bouleversé le fonctionnement de l’oreille et surtout le fonctionnement du cerveau. Donc le processus inverse est possible :)Il faut garder espoir et surtout me semble-t-il, un acouphène au final ne doit pas excéder quelques décibels donc devrait passer inaperçu la plupart du temps, si notre cerveau fait un peu son boulot hein ;)

    Courage à tous et tous les conseils sont les bienvenus!!

  5. Salut Jérome, bonjour à tous!

    Je peux peut être vous aider bien que je sois dans une grosse crise en ce moment…

    C’est certainement d’ailleurs pour ça que je me retrouve ici à vous en parler. Je n’aurais surement pas pris la peine de poster un message lors de ma longue période où tout était résolu (enfin quasiment)!

    Mon récit va surtout intéresser les musiciens et les personnes qui ont eu des acouphènes dûs à des traumas sonores.

    C’est le premier message que je poste concernant mes acouphènes pourtant, j’en ai depuis plus de 15 ans… Écrire ces lignes vont aussi me permettre de me concentrer sur autre chose et donc d’oublier un peu ces bruits (ultra relou).

    Voici déjà mon histoire en quelques lignes : j’ai eu une greffe de tympan à l’oreille droite à l’âge de 7ans. Qui s’est parfaitement passée. Je crois que j’avais juste perdu ou 10 ou 15% de l’oreille en question. Pas grand chose…

    Vers 12/13 ans, je me suis fait exploser un pétard à la hauteur de l’oreille greffée à moins de 2m dans un angle de mur : Début des acouphènes… Panique générale, (ORL qui me prévient qu’ils ne « peuvent » jamais partir etc..).

    Après plusieurs mois, voir plusieurs années, j’ai commencé progressivement à les oublier, je me protégeais au maximum, j’avais toujours des bouchons dans mes poches ou du coton, je fuyais systématiquement les endroits bruyants… Je me protégeais aussi en scooter, en bateau, quand je faisais du skate, dans les bars, je faisais attention au volume de mes Walkman, je ne sortais pas de chez mois le 14 juillet etc…

    16/17 ans, mes acouphènes vont mieux (ils sont moins aigus, moins forts et donc nettement plus supportables, je n’y pense plus ou presque avant de dormir ni même en me réveillant mais ils sont toujours là quand j’y prête attention). C’est à l’époque quelque chose en moi dont je parle peu puisque quasi personne ne peu comprendre… (encore moins tes potes à 16/17ans…)

    Puis je commence la musique. Je sors des mixtape qui me font rencontrer d’autres musiciens, me permettant de jouer dans des bars, des salles, je fais des concerts… En faisant toujours très attention au volume et en ayant toujours (ou presque) au moins du coton à proximité.

    Vers 22/23 ans (il y a 9/10 ans environ), je me fais trainer en boîte par des potes pour voir une soirée d’un label qu’ils appréciaient. Manque de bol ce soir là, je n’ai rien dans mes poches pour me protéger… Je me décide quand même au bout d’un moment à me mettre un bout de serviette en papier dans les oreilles. (C’est une solution qu’il m’est souvent arrivé de faire dans les endroits bruyant!). En sortant de la boite, je sens une gêne mais ne m’angoisse pas trop.

    C’est au réveil que je me suis aperçu que le problème était plus sérieux. Et que même à l’oreille droite, je commençais à avoir de très léger acs dans un silence absolu.

    C’était ma deuxième grosse crise d’acouphène.

    Retour chez L’ORL qui ne détecte rien d’anormal…

    Je vais voir quelques médecins un peu spé (homéopathe ou acupuncteur aux ondes « cosmiques réminiscentes »…). Connaissant déjà le truc, je crois que j’allais plus les voir pour me rassurer et en parler qu’autre chose. (Je crois que c’est important de pouvoir en parler mais ponctuellement pour ne pas faire une « fixette »).

    Bref, ces médecins ne m’ont rien apporté de bien efficace, comme d’habitude. Quoique : l’un d’entre eux m’avait conseillé de m’endormir avec un aimant derrière l’oreille et j’ai quand même eu l’impression que ça fonctionnait (un peu).

    C’est lors de cette seconde crise d’acouphènes que j’ai commencé à me documenter sur le net… Horreur!!!! Cela m’a quand même permis de découvrir le bruit blanc… Mais bon, remplacer un bruit par un autre ne nous redonne toujours pas le silence!!!

    Je me suis donc mis à dormir pendant longtemps avec un aimant sur l’oreille et une musique douce plutôt que ce bruit blanc immonde.

    J’ai fait une très très courte pause dans la musique puis j’ai recommencé en faisant toujours très attention au volume et en me protégeant quand il me semblait bon.

    Puis, les acs se sont à nouveau calmés très progressivement, jusqu’à devenir tout à fait supportable et jusqu’à totalement les oublier! J’ai même incorporé mon groupe culte (que j’écoutais à l’époque du Walkman)!… J’ai réappris mes limites avec les décibels de mon environnement jusqu’à même penser avoir les oreilles « solides » ou presque normales par rapport aux autres. Je donnais des conseils à des personnes que je rencontrais qui en avaient etc… Tout était résolu pour moi.

    Troisième crise… En ce moment (depuis 1 mois et demi)!
    J’ai monté un autre groupe récemment avec lequel j’ai pas mal tourné cette automne et cet hiver avec en plus beaucoup de studio et souvent du son au casque.

    Il y a un mois et demi, j’ai enchainé plusieurs concerts de suite, j’étais crevé, j’ai eu une hygiène de vie assez pourrie durant tout l’hiver, une période de vie pas forcement simple non plus et je commençais à avoir une petite crève quand le drame est survenu… : Je suis arrivé dans un concert à contre cœur très contrarié par une personne. Durant le « show », je me suis pris un violent larsen dans le casque à l’oreille gauche suite à branchement aberrant.

    Résultat : fort acouphène à l’oreille gauche (celle qui n’avait quasiment rien (non greffée) et où j’entendais parfaitement). Je ne suis pas encore retourné chez L’ORL mais j’ai aussi l’impression d’avoir perdu certaines fréquences (mais ça à la limite, je m’en fiche).

    Pendant une semaine, je ne me suis pas trop inquiété car j’étais un peu enrhumé et connaissant quand même bien mes oreilles, c’est souvent des périodes où les acouphènes s’accentuent. Mais après cette petite crève, les acs sont restés.

    En ce moment, tout s’effondre, j’étais prêt et parfaitement entouré pour avancer dans le groupe dans lequel j’ai travaillé. Mais je n’étais pas protégé à ce moment là, il n’y avait pas forcement lieu non plus, le son était bas pourtant, j’avais mes pianissimo -25DB dans la poche! Que j’ai immédiatement mis après l’accident mais trop tard!…

    J’ai plein de concert à venir surtout à la rentrée (après la sortie du 1er EP), je suis dépité. J’ai fait un peu de son tout à l’heure à bas volume, je sens que mes accouphènes s’amplifient après. J’ai même l’impression que rien que les ondes du Macbook me procurent des acs…

    Retour à la case départ. Je crois que je vais faire une pause musique en attendant la rentrée. M’aérer, faire du sport et me détendre au maximum. J’ai retrouvé un aimant, y’a quelques sons sur Youtube qui peuvent aider un peu genre ça : https://www.youtube.com/watch?v=i7xY1KLGeHE

    Je sais de par mes expériences que ça va diminuer légèrement mais avec du temps et peut être même beaucoup.

    Depuis un mois je suis nostalgique de ce petit ac que j’avais à l’oreille droite qui me berçait presque avant de dormir. C’était le silence pour moi. En ce moment, c’est nettement plus hard j’ai un ac sur une oreille où je ne suis absolument pas habitué à l’entendre…

    En tous cas, je suis sûr d’un truc, c’est que le cerveau travaille sur ces faux sons et arrive progressivement à les diminuer à condition de l’aider.

    L’hyperactivité (ou être dans l’action et avoir des buts) aide aussi à ne plus y penser. L’alcool n’arrange pas les acs sur le coup peut être un peu mais vraiment pas le lendemain… La weed encore pire! La cigarette, nul aussi contre les acs :P ;), la fatigue et le stress ne font qu’accentuer la perception des acs.

    Par contre, j’ai lu que la MDMA pouvait les guérir alors si vous voulez vous cramer tout le cerveau en même temps, c’est pas mal non plus HAhAha… L’article est ici : http://www.traxmag.fr/mdma-acouphenes/

    J’ai souvent lu (ces quelques derniers jours que la sophrologie aidait beaucoup les problèmes d’acs).

    Si une solution arrive un jour, je pense que ça viendra plus du travail de recherche entre neurologues et ORL. Car finalement, les problème d’acouphènes sont plus un petit dysfonctionnement cérébral qu’un problème d’oreille interne. Ex : Quand on coupe le nerf auditif, les acouphènes perdurent!!! Voir : https://www.youtube.com/watch?v=DxMF5TXV0NQ&list=PL50AB72497C7EF175

    Autre chose, j’ai un ami qui a eu des accouphènes des mois après avoir tiré 200 cartouches dans un ball trap. Il n’a plus rien maintenant) Et un autre en faisant du marteau piqueur dans un endroit clos. Résolu aussi.

    Bon courage à tous!

    Ca va aller ;)

  6. Merci pour ton article, tu fais sourire avec ton humour ; ).
    Et pour parler du contenu, merci, merci de cette article, ça fait moins peur que comme tu disais sur les forums, les sites ils ne disent pas les solutions mais que les problèmes!
    J’ai été stupide, j’ai été en boite y a deux jours pour faire plaisir et parce que toute façon j’avais pas pris ma voiture j’étais donc obligé d’y aller : s j’ai oublier mes bouts de caisse en mousse et voilà mon acouphène est plus fort mais je suis certaine que ça va diminuer ou du moins que je ne vais plus y faire attention avec du temps.
    Juste faut pas faire comme moi et suivre les copains/copines pour faire plaisir et omettre son petit petit soucis sans se protéger!
    Je vais faire comme Toi, m’acheter les bouchons d’oreilles de musiciens mais j’ai regarder les prix c’est cher, je peux espérer être rembourser d’une infime partie peut-être : s moi qui suis bordélique je vais avoir peur de les perdre^^mais la protection pour une vie meilleure n’a pas de prix : )
    Merci pour ton article : )
    cordialement

  7. Salut Jérôme,

    Merci beaucoup pour ce témoignage riche, humain, plein d’espoir pour tous et pour toutes qui se sont un peu laisser submergé par des pensées négatives comme moi et bien d’autres.

    Le mental est important pour guérir de même que l’espoir et la foi.

    Quelques questions tout de même pour que tu puisses m’éclairer sur ton chemin et ton parcours jusqu’à « la guérison ».

    Je pense avoir eu un traumatisme sonore léger suite à quelques minutes d’expositions à un concert très fort et qui s’est manifesté le lendemain dans l’avion par de l’hyperacousie et un sifflement qui lui est apparu néanmoins quelques jours plus tard.

    Bien sur je suis allé au urgence le soir même et puis est allé voir un ORL le lendemain :) cortizone, vaso…

    Mon ORL m’a dit d’être confiant, d’attendre et que tout sera un mauvais souvenir bientôt. Il est spécialiste accouphene et semble bien si connaitre et partager nos problèmes du quotidien.

    A ce jour 3 semaines après le traumatisme, il m’a donné Extranaze et Lectil a prendre pendant 15 jours. Mon hyper a un peu diminué, les accouphènes eux sont constants mais gérables.

    Alors les questions ? ;)
    Les voici :

    1. quel a été ton ordre de marche pour te soigner ? (sophrologie, acuponcture, medecine chinoise, osthéo ?) comment les as tu trouvé ?
    2. Tes acouphènes ont il complètement disparu ? idem pour l’hyperacousie ?
    3. Peux-tu à nouveau écouter et jouer de la musique comment avant ? (je suis musicien)

    Merci Jérôme pour ton blog et tes lumières :)
    Bon courage à tous !

    L

    1. Merci pour ton message.
      Alors… Mon ordre de marche :
      1. Désespoir
      2. Consultation ORL
      3. Mesure des acouphènes et de la perte auditive
      4. médoc (valtaren sans effet sur moi)
      5. Sophrologie (en parallèle d’un travail sur moi)
      6. amélioration progressive
      7. retour à la vie normale

      Mes acouphènes n’ont pas disparu. J’ai l’impression qu’ils ont diminué d’intensité mais je n’en suis pas sûr, je pense surtout que c’est parce que j’arrive à ne plus y prêter attention.
      En revanche mon hyperacousie a complètement disparu.

      Je peux complètement jouer de la musique (acoustique) et en écouter sans aucun problème. En fait, je ne me pose plus la question dans un environnement de vie courante.
      En revanche je porte systématiquement des bouchons d’oreilles sur mesure (-30db) pour les concerts et j’en porterai systématiquement si je jouais dans un groupe. Ce qui est étonnant, c’est que je n’ai jamais écouté autant de concerts que depuis 2 ans. J’en ai encore vu un il y a 15 jours : Pendentif+Superets (très très bien Superets sur scène d’ailleurs) et j’y retourne ce soir (Détroit). Je n’ai plus aucune appréhension et ça se passe très très bien. J’ai même été au Hellfest il y a 2 ans. Par contre, c’est certain que je n’irai plus jamais à un seul concert sans bouchon.

      1. Merci Jérôme pour ta réponse :-)
        claire et édifiante. Une question reste en suspend pour moi :
        Est-ce que il t’arrive d’avoir souvent des douleurs aux oreilles type oreilles bouchées et otites associé à tes acouphènes ? pour ma part j’ai l’impression que c’est systématique. et pire quand j’ai un rhume.

        Sinon je vais essayer les bouchons dont tu parles car les concerts me manque !

        L

        1. Non je n’ai pas de douleurs particulières. Ce n’est pas sûr du tout que tes douleurs soient liées aux acouphènes…
          On se sent plus en sécurité avec les bouchons :-)

      2. Merci Jérôme !!
        N’as tu en revanche jamais eu de rechute de l’hyperacousie ou de l’accouphene ??
        ET le ciné tu suportes bien sans bouchon ? :-)
        Bonne fin de weekend !
        L

        1. non pas spécialement. En revanche je les entends toujours. Pour l’hyperacousie, je n’ai plus été re-gêné. C’est vrai que le son au cinéma peut être assez fort sur les films d’actions mais je ne prends pas de bouchons pour y aller. Par contre je pense que dans certains cas, pour certaines personnes, ça peut être nécessaire.

  8. Bonjour,

    merci pour ce message, il est effectivement assez rare de lire des commentaires encourageants et positifs à ce sujet.

    Quant à moi, ça fait 3 ans que je vis avec des acouphènes permanents. Un bon coup de « flip » au début et ensuite, le phénomène d’accoutumance que tu décris a très bien fonctionné pour moi. Présents mais plus gênants. Je n’ai absolument rien fait de particulier pour les soigner (si ce n’est une consultation avec un ORL sur Rennes, qui s’est conclue par une tape amicale dans le dos et un « ça va aller »!). J’ai fini par très bien vivre avec, en prenant le soin de porter des bouchons dans les gares, et tous les lieux publics bruyants. De façon sans doute moins systématique ces derniers mois.

    Mais je suis de nouveau un peu dans le « dur » depuis 2 mois. Sans trop pouvoir m’expliquer pourquoi, sans présence de traumatisme particulier, l’intensité de mes acouphènes a augmenté avec apparition d’hyperacousie, ça c’est nouveau ! Ca génère de nouveau du stress : la lecture de ton article tombe donc à point nommé. Je pense me lancer dans une démarche plus sérieuse et plus suivie pour prendre en charge le problème : ostéo, sophro et sans doute aussi l’application de tes principes, saupoudrée de méthode Coué !!! Je suis assez convaincu du potentiel de la démarche (et c’est un peu ma bouée en ce moment, je dois dire…;-))

    Mais je n’en suis pas à imaginer retourner faire un concert ! Tes résultats sont impressionnants ! Et très encourageants. Merci encore.

    1. Je ne suis pas retourné à un concert 2 mois après le début des mes acouphènes non plus, cela me faisait trop peur (et peut-être à juste titre?). Il faut te dire que si tu arrivais à les surmonter la première fois, tu dois pouvoir le refaire aujourd’hui.

  9. Merci pour ce témoignage objectif et plein d’espoir. Il est vrai que mes proches me prennent pour une « folle » lorsque je leur dit de parler moins fort car j’ai une réunion de cigales dans l’oreille, ou alors, « répéte, je n’ai pas entendu ce que tu m’as dit » Je vais donc essayer la méditation et arrêter de me plaindre toutes les 5 min, il est vrai que si je perdais un membre, ce serait BEAUCOUP plus gênant. Positivons et j’ai encore une oreille nickel ! Vous m’avez mis du baume au coeur. Lorsque je me suis levée ce matin, je me suis dit encore une journée de M… nous sommes invités à midi, et le brouhaha va encore m’indisposer, mais je vais essayer de n’écouter que de la bonne oreille. MERCI BEAUCOUP :)

  10. Ton témoignage fait du bien. Je n’ai que 16 ans et j’ai des acouphènes depuis que je suis tout petit. Aussi, même si ils ne duraient que quelques secondes, j’ai appris à vivre avec. J’ai aujourd’hui depuis 2 jours un petit ac aigu dans les deux oreilles. La première journée, j’espérai qu’il passerait le lendemain matin… Et bien non. J’ai donc immédiatement envisagé qu’il soit définitif et permanent. Bien sûr, c’est angoissant, mais je garde espoir puisque je ne vois pas quelle pourrait être la cause de mon ac. Ceci dit, j’ai quand même fouiné un peu sur le net et suis tombé sur ton article. C’est bon de savoir qu’on peut finir par les surpasser, merci.
    Un petit conseil pour ceux qui n’arrivent pas à fermer l’oeil avec: Concentrez vous sur les battements de votre coeur dans vos oreilles. C’est ce que je fais et je n’ai AUCUN problème pour m’endormir.

  11. Bonsoir,
    je souffre d’acouphènes (dans mon cas ce sont des bourdonnements similaires aux bruits d’une tronçonneuse au loin) depuis à peu près 4 mois, c’est peu certes, mais c’est quand même assez pour me faire flipper et me faire penser que je vivrai toujours avec et que je ne pourrai pas le supporter.. (idées noires, déprime, etc..) toussa toussa ..
    Je souffre de surdité depuis que je suis toute petite, je porte des appareil auditifs depuis quelques années maintenant, et je n’avais jamais eu ce genre de soucis. Du coup je me dis qu’au cinéma ou choses de ce genre, je ne peux pas porter de bouchons puisque sans mes appareils auditifs je ne comprends pas ce que les gens me disent ou ce qu’il se dit dans un film. Comment faire alors dans ce cas?
    Je ne vois pas trop la cause de ces acouphènes, peut-être un mal de dos, une vertèbre déplacée (j’ai lu plus haut que ça pouvait être lié), ou un stress (je suis de nature assez anxieuse, bien que beaucoup moins cette dernière année)ou une prise de médicaments comme de l’ibuprofène lors de maux de têtes courants.. ou autre ?
    Le plus difficile c’est pour dormir, m’endormir devient un casse-tête chinois sans somnifères, et parfois lors de mes réveils la nuit je les entends, et parfois non. Au tout début j’ai même réussi à ne plus en avoir pendant une semaine je crois. Parfois au réveil, rien, puis retour quelques minutes après.. Alors peut-être que si ça s’est passé une,deux fois, ça pourrait encore le faire. Plus permanent j’espère !!
    En tout cas merci pour ce témoignage rassurant et remotivant, j’avoue que j’ai moi aussi pensé au pire cette semaine, et tous vos témoignages me remontent un peu le moral ( qui est vraiment au plus bas ces temps ci).
    Et courage à tous ceux, qui comme moi, souffrent d’acouphènes. En espérant qu’un jour on trouve une solution radical à cette %$*ù^ ! ;)

    1. Effectivement, le problème des appareils auditifs c’est qu’à priori ils ne sont pas compatibles avec les bouchons :-/
      Je comprends très bien que 4 mois suffisent à te faire flipper, comme tu dis, car 3 jours peuvent le suffire aussi.
      Pour t’endormir, s’ils ne sont pas trop fort, tu peux peut-être essayer avec de la musique douce en te concentrant sur la musique. Tu dois te reconcentrer immédiatement sur la musique si tes pensées retournent aux acouphènes. Il faut se déshabituer de les entendre, se déshabituer de se focaliser dessus. Je pense qu’il peuvent être plus ou moins fort en fonction de notre état de forme : fatigué ou si j’ai un peu bu, ils me semblent plus forts. Je suis en revanche persuadé que ce n’en est que la perception, mes acouphènes ne se modifient pas comme ça, il n’y a pas de raisons. Quelques temps après, ils redeviennent comme avant.

  12. Bonjour,
    j’ai des acouphènes depuis le 4 mai 2014, 5 jours avant j’ai eu une énorme peur due à un feu de cheminée, je suis suivi par un neurologue je commence l’hypnose dans qq jours, je me pose des questions pourquoi certains jours ne n’entend plus rien, et le lendemain ça revient en force, à votre avis est-ce positif ou tout simplement le hasard. merci de me répondre car je n’ai guère le moral, je pense prendre des antidépresseurs, pour l’instant je prend que du temesta pour dormir. bien cordialement
    nadine

    1. Attention, ce qui suit est à prendre avec des pincettes car, encore une fois, je ne suis pas un spécialiste du tout.
      Je pense que, des acouphènes qui arrivent après un événement qui n’est pas sonore ne peuvent être le résultat d’un changement physique au creux de l’oreille Comment cela aurait pu être possible?. Si tes acouphènes ne sont pas trop forts, peut-être que tu avais déjà des acouphènes et que cet événement t’en a fait prendre conscience. Le fait que certaines fois tu ne les entends pas est peut-être dû au fait que ton cerveau se remet dans la même configuration qu’avant : les acouphènes ne sont pas perçus par le cerveau. Il faudra essayer de se remettre le plus souvent possible dans cet état d’esprit afin de réhabituer le cerveau à ne plus les entendre. Bien sûr plus facile à dire qu’à faire mais tu as vécu toute ta vie (moins 4 mois) sans les entendre, alors sans doute que d’ici quelques temps, en essayant de ne plus se focaliser dessus, ils devraient s’estomper.

      1. J’aime beaucoup ton article, car il remonte en effet bien le moral car tu attaques l’aspect psychologique de la chose. En effet, ce qui nous rend dingue, c’est cette idée que ça va rester et qu’on n’entendra plus jamais le silence. Et on focalise de plus en plus. Ca me parle ce que tu dis ici. Mon acouphène part un mois puis revient, puis part puis revient. Et en fait, je crois que ce bruit à 14khz dans mon oreille gauche est là depuis des années. Mais mon cerveau arrive à l’oublier quand j’en parle plus, que je regarde plus sur des sites. Je devrais ne garder que ton article accroché à mon mur et me le relire quand j’entends l’acouphène. Ca serait la meileure thérapie je pense. Merci à toi

  13. Bonjour Jérome! Merci pour ton post qui me remonte le moral!

    Si ce n’est pas trop personnel, quel est ton audition actuelle? a 19 ans j’ai -9db a gauche en moyenne et a droite un peu mieux malgré certaines fréquences dans les -20db a 500 et 1000 ( mais d’après mon orl spécialisé acouyphène c’est du a du liquide épais et je dois le revoir).

    J’ai énormément écouté de musique mp3, toujours limité a la moitié du volume certes, mais maintenant je suis un peu déprimé et effrayé, j’ai peur pour l’avenir de mon audition.

    Merci pour ta réponse.

  14. Merci pour ce post qui comme tout le monde le dis fait du bien au moral. Il date d’il y a plus de deux ans maintenant mais le fait est qu’on lit tellement de choses sur les acouphènes et l’hyperacousie que l’on vite fait de s’auto-angoisser encore plus. Je n’ai ces acouphènes que depuis 15 jours et ne n’en peux déjà plus. Je vais faire le nécessaire pour relativiser c’est de toute façon la seule façon de remonter la pente. Je dis quand même merci aux anxiolytiques, je n’ose pas imaginer comment je serais sans eux.
    Merci encore.

  15. salut tout le monde
    bravo jerome tous ce que tu dis au debut sur l’habituation est completement reel.j’ai 50 ans mes acouphenes sont survenue a l’age de 18 ans sans raison donc le stress surement.comme dit jerome positif vivre comme avant ne pas focaliser dessus car ils augmentent comme si on veut ecouter un bruit on se penche et on demande au cerveau ecoute plus fort c’est pareil pour ac surement que au moment ou vous lisez vous avez oublie les ac votre cerveau enfin??plein de messages super merci a tous et croyez rigole avec moderation, un apero avec moderation ???????
    une bonne humeur sans moderation hi hi hi hi hi hi hi
    gros bizous a tous et vous en faite pas un jour on en rigole du moins tant que l’on est vivant j’espere que lorsque l’on est mort on les enttendra plus car avec le silence la ça sera dur
    biz

  16. Bonjour,
    J’ai des acouphènes depuis 12 ans maintenant, après la naissance de ma fille. J’ai consulté au début, puis j’ai laissé tomber. J’aimerais revoir un ORL, mais « spécialisé », histoire d’en discuter un peu et éventuellement aller vers la piste de la sophrologie.
    J’habite à coté de Nantes, peux-tu me donner le nom de l’ORL que tu évoques? Merci, et merci pour ces bons conseils…

        1. J’ai vu aussi Le dr houler et elle est vraiment extra!!! ainsi que toute son équipe d’ailleurs! par contre, le délai pour les rdv est très long :-)

  17. Merci pour ce très bon post

    une méthode qui a marché en 10 coups et de profondes respiration : la méthode du « tambour céleste »

    Les acouphènes peuvent être améliorés ou guéris avec un exercice que les taoïstes nomment « Battre le tambour céleste » :
    – Placez l’index de chaque main près de l’oreille et appuyez sur le tragus, saillie de cartilage qui se trouve en avant, tout près de l’ouverture du conduit auditif, de sorte que vous fermez l’oreille de l’extérieur.
    – Avec l’extrémité du majeur, tapez doucement sur l’ongle de l’index. Si vous le faites correctement, vous entendez un son métallique assez semblable à un battement de tambour.
    – Vous devez taper sur un rythme régulier, lentement de 12 à 36 fois. Arrêtez-vous, puis recommencez trois fois en tout.
    Au début, quand vous « fermerez » les oreilles, avant de commencer à taper, vous entendrez un bruit semblable à celui que fait une chute d’eau. L’oreille est encore active !
    Après avoir pratiqué cet exercice pendant quelques jours, le bruit de la chute d’eau cessera et sera remplacé par un grand silence. Cet exercice stimule et repose l’oreille interne.
    Pratiquez l’exercice le matin. Ensuite, vous pourrez le faire aussi souvent qu’il vous plaira pendant la journée. Poursuivez jusqu’à ce que votre état s’améliore.

    1. Roland,
      tu as testé cette technique sur tes acc est ce que cela à fonctionné ?
      merci en tout cas je vais essayé .

    2. Bonjour,
      j’ai essayé sur mes acc on dirait que au contraire cela stimule mes acc qui sont plutôt aigu…mais peut être les résultats sont tardifs…

  18. Bravo et merci Jérome et tous les autres pour ces commentaires sur vos expériences. Car c’est vrai que les forums débordent d’appels à l’aide, mais jamais personne ne poste de commentaires quand ça va mieux, qu’on les a intégrés, car quoi qu’il arrive, on les intégrera…le cerveau n’a pas le choix, et votre attitude fera que vous les intégrerez plus ou moins rapidement.
    Moi même acouphénique depuis plus de 15 ans, suite à un trauma auditif, 1 acouphène à l’oreille droite assez aiguë ( boite de nuit ), j’ai récidivé plusieurs fois par malchance ou bêtise. Un 2eme ac apparu un beau matin dans l’oreille gauche après avoir pris le train, mais pulsatile, et de basse fréquence, un autre trauma en 2008 ( bricolage avec marteau piqueur…quelle idée ), du coup 1 autre ac, à l’oreille droite de basse fréquence…( plus tout les autres ré-augmentés en volume bien sur… )
    Bref j’ai pas fait semblant…
    Aujourd’hui après une anesthésie pour le retrait d’un calcul rénal, c’est la fête aux acs !!! Tout ceci siffle très très fort…depuis plusieurs jours…
    Je suis passé par toutes les étapes durant ces différents crises…l’angoisse, le doute, l’effondrement, et même l’envie de mettre fin a ses jours…
    Mais non, il ne faut pas désespérer, j’ai à chaque fois réussi à surmonter ces épreuves grâce à mes proches, à beaucoup de volonté et en utilisant les mêmes principes qu’explique Jérome. Et je vois que je ne suis pas le seul. Je vois que beaucoup de monde ont fait le même travail et avec succès.
    Avant cette dernière crise, j’avais réussi à intégrer mes acs et avoir un vie normale, suite à cette nouvelle crise, j’ai évidement craqué, je suis re-passé par toutes les étapes terribles de ce nouvelle état. ( j’y suis encore ) mais je voulais apporter un message d’espoir supplémentaire malgré la difficulté.
    C’est vrai qu’on mets beaucoup de temps à récupérer, des semaines, des mois, des années…mais on s’en sort toujours. Ils seront toujours la, ça c’est quasi certains, il ne faut pas essayer de les faire disparaitre, il faut juste s’en déconnecter, les intégrer à votre vie quotidienne. Ce sera beaucoup moins difficile lors des prochaines crises ( qui arriverons, on ne sait jamais ce que la vie nous réserve ).
    Tenez juste le coup, le temps que tout se stabilise, gardez une vie sociale, bouger, faites du sport et gardez espoir. Le temps et la volonté permets la guérison.

  19. Merci.
    J’ai des acouphènes depuis des années et ai réussi à les surmonter après une phase très très (très) difficile. Je partage et soutiens nombre de tes conseils publiés ici. Cette année mes acouphènes sont revenus plus forts, naturellement accompagnés de Miss Hyperacousie, à cause d’un enchaînement d’imprudences sonores… et oui, quand on oublie ses acouphènes il ne faut toutefois pas baisser sa garde dans les environnements bruyants (et pas que dans les concerts !). Je relis ton article de temps en temps car il me rempli d’espoir et me fait me rappeler qu’il existe bel et bien un chemin pour vivre avec ses acouphènes. Je l’ai moi-même expérimenté et le ré-expérimenterai.
    Encore merci ;-)

    1. Merci. Si cet article t’aide alors j’en suis très très heureux, vraiment !
      Je me rends de plus en plus compte du pouvoir des mots sur le mental et, par rebond, sur le corps. C’est fou ce truc…

  20. Merci Jérome pour ce blog qui m’aide moi aussi à relativiser…
    Mon « expérience » : des acouphènes depuis le 3 mai dernier aux deux oreilles (sifflements). Pas de cause objective. Je vois un ORL qui me prescrit les médicaments habituels (cortisone…) après avoir fait les tests d’audition (normaux).
    J’essaye d’ignorer les ac. et pendant plusieurs mois et j’y parviens plutôt bien…
    Au mois de septembre j’ai même l’impression qu’il n’existent quasiment plus…
    Depuis une semaine, ils font un retour en force… Ils m’ont réveillé cette nuit et… Je lis ton blog à 3 heures du mat. … Un effet : l’intensité des ac. a déjà un peu baissé…
    Donc encore merci pour ce formidable effet ! Tu as mis en place empiriquement un système de pensée positive !
    Philippe

    1. Dis moi Philippe, depuis le 28 octobre 2014, les AC sont-ils toujours présents ou as tu réussi de nouveau à les ignorer ?
      Je pensais comme toi qu’ils n’existaient quasiment plus jusqu’à il y a 15 jours; j’étais très heureuse et fière de moi d’avoir réussi « aussi vite » à l’habituation : je ne les entendais quasiment plus jamais et si ça arrivait je savais que dans 2 minutes je les aurais oublié. Et patatrac sans contexte de stress ou de soucis j’ai recommencé à les entendre toute la journée. J’ai déja eu ces « rechutes » mais d’habitudes que quelques jours et là ça dure. Je crois que ce qui m’inquiète c’est que je me dis que je ne suis peut-être pas capable tout compte fait de prendre de la distance comme il le faudrait. Pourquoi ai-je été capable à un moment de me dire tes AC font partie de ta vie donc pas la peine de leur donner de l’attention ( et donc de les oublier) et que soudain je n’en suis plus capable ? C’est cela qui me déstabilise beaucoup et non le fait de les entendre.
      J’aimerai donc savoir où tu en es car je constate que je ne suis pas la seule à vivre ce que je vis.

      1. Puisque tu as réussi à les oublier plusieurs fois, il n’y a pas de raison pour que cela ne puisse pas recommencer. A mon sens, ces « rechutes » sont tout à fait normales. J’entends moi aussi mes acouphènes régulièrement mais cela ne me stresse plus du tout. Ils repartent alors comme ils sont venus. J’ai identifié certaines causes comme la fatigue ou l’alcool. Mais cela ne m’empêche pas de boire des apéros et d’être fatigué (beaucoup de sport+couché tardif) car je sais que quand je serai reposé ils repartiront (~mon corps sera moins à sa propre écoute).
        Comme je le dis souvent : tu as déjà réussit à ne plus les entendre, pourquoi tu n’y arriverais pas à nouveau?

  21. Bonsoir Jérome,
    Je vais répéter ce que bien d’autres ont dit mais merci pour cet article.
    J’ai noté 3 pistes : mon cerveau peut occulter mes acouphènes, ceux ci font partie de ma vie et de celle des autres et je relativise. Je relis ces 3 pistes plusieurs fois par jour quand je sens augmenter les acouphènes.
    Tu as mis combien de temps pour l’habituation ?
    Merci

    1. Je ne sais plus trop, je crois que cela a été par périodes qui ont été de plus en plus fréquentes avec des hauts et des bas. Les hauts se sont faits de plus en plus rapprochés. Je crois que ça dépend vraiment des gens mais moi je pense que cela a mis quelques mois.

  22. Salut à tous super site sa donne chaud au cœur de redonner du courage a toutes personnes qui souffre de cette saloprie

    pour ma part je pense que les acouphènes viennes d’ une

    période de gros stress et dépressions car avant pas j’en avait pas c vrai que c très Chian mais je pense que le meilleur moyen de guérison et de ne pas sen occuper ne pas se prendre la tête le Corp. humain et très vaste et déclenche ces défenses lui même donc sa devrait partir comme c venus
    changez vous les idées et sa devrais repartir voila bonne chance a tous et évitez les médicaments…..et merci a Jérôme pour avoir remonter le moral de tous le monde.. voila

  23. Bonjour à tous
    Bon article Jérôme je vais essayer de mettre ça en application!!
    Est ce que des personnes ont été victime d’une surdite brusque du a un virus j’ai eu ça le 1 er novembre 2014 et j’ai pas retrouvé l’audition de l’oreille droite depuis et les ac sont présents surtout au moment du coucher
    J’ai besoin de conseils, d’avis….merci bonne guérison

  24. J’ai des acouphènes depuis 11 ans . quelquefois , j’entends le bruit d’un réacteur d’avion . Je ressent un apaisement lorsque je fais restriction totale du café , du thé . Je prends à la place des tisanes de verveine . J’ai tout essayé : traitement par laser , médicaments de l’ORL , etc . En vain .Le seul moyen de réduire l’intensité , sans les supprimer , c’est d’éviter les excitants , entre autre le café , le thé , l’alcool et les aliments trop acides. Bon courage et il faut vivre avec!

  25. Bonjour Jérôme et merci pour tous les commentaires,

    Ça va faire un an que j’ai attrapé cette saloperie d’acouphènes avec une prédominance à l’oreille droite, au son souvent aigu et parfois même variable en tonalité, et de temps en temps un acouphène pulsatile, en ne sachant même pas de quoi ça peut provenir exactement. On m’a diagnostiqué un légère perte d’audition au niveau des aigus. J’ai 56 ans, en étant parfois exposé au bruit normal comme un peu tout le monde tout au long de la carrière professionnelle, et quelques concerts de rock dans les oreilles, d’ici il y a une quinzaine d’années au moins. Il m’arrive parfois de ne presque plus les percevoir pendant un moment ou une journée, voir plus, surtout après une séance d’acupuncture. J’ai porté beaucoup d’intérêt sur ton commentaire, et très content que tu maitrises la situation, car cela n’est pas évident.

    Cordialement,

    Patrick,

  26. Bonjour à toutes et tous
    en fin un endroit avec des commentaires qui redonnent le moral !!
    Jérome je rejoins à 100% ta vision.

    Cela fait 4 mois que je vie avec Momo le bourdon (oui c’est son p tit nom)
    Suite à une soirée musicale chez moi un peu forte + du rhum + annonce de mon amoureuse de l’achat d’une maison dans une autre ville où je vie (donc déménagement engagement) + 2 gr d’aspirine le lendemain = réacteur d’avion donc très grosse angoisse.
    comme vous tous je suis passée par l’étape enfer sur terre , envie de mourir, crise d’angoisse énorme , ORL incompétent qui m’a donné des médicaments qui ont aggravé la situation.
    et puis mon médecin de famille qui m’a gentiment fait redescendre en m’expliquant que le cerveau y était pour beaucoup de chose, qu’il fallait que j’accepte de vivre avec , en me donnant un somnifère car le pire c’est la nuit et cela m’a permis de me redonner des forces et de commencer l’habitution.
    Je n’ai pas changé ma vie, je crois que c’est la pire des choses à faire.Bien sure un peu plus modérément…
    Je fais la fête, je met des protections sur mesure spécial ingénieur du son. en effet les acouphènes augmentent un peu pendant 2 jours mais ça revient toujours à la normale car ces bouchons PROTEGE !! il est impossible de se récréer une lésion avec.
    Je ne m’empêche pas de prendre quelques verres quand j’ai envie de faire la fête. j’ai un peu bannie le vin rouge à cause des sulfites. et les alcools blancs.
    Je fume..ça serait bien que j’arrête pour ma santé mais cela provoque du stress donc augmentation de l’acouphène…
    J’évite les grands silences, je sais que ce n’est plus pour moi
    Momo le bourdon squatte de temps en temps la nuit et le matin quand je me lève. s il me réveille je vais sur youtube et je met une heure de pluie et d’orage.
    En effet si je suis fatiguée, stressée, il sera plus présent et pourra même dériver dans les aigus et puis il part faire un tour. donc comme toi je suis persuadée que moins on y pense , moins il est présent. Ne pas remettre complètement sa vie en cause. se faire aider si nécessaire . en parler autour de soit pour que vos amis fassent attention. Continuer à aimer la vie car on est pas non plus en train de mourir. et accepter qu’il y aura des moments où cela sera difficile mais il y aura surtout de chouettes instants de vies qui ne méritent pas d’être gachés par un avion , un bourdon, un hiiiiiiiii , un bruit d’aspirateur etc…
    bon courage à vous tous .Vos messages m’ont grandement fait du bien j’espère que ce sera d’autant avec le mien
    P/S : Message de ROLAND 10 OCTOBRE 2014. Tres efficace ta technique quand momo le bourdon vient me butiner l’oreille..MERCI !!

  27. Bonjour Jérome,

    T’arrive t-il d’entendre tes acouphènes sans les avoir cherchés ?
    Depuis quelques temps je ne les entendais plus la plupart du temps et j’étais contente car je pensais que j’étais sur le chemin de l’habituation mais depuis 4 jours je les entends à nouveau presque toute la journée sans événement spécial.
    As tu connus des hauts et des bas avant d’en être au stade d’aujourd’hui on bien la progression a t-elle été constante?
    Y a t-il des jours où tu les entends de nouveau ( sans les chercher ) ?
    Merci pour ta réponse car je suis un peu inquiète car j’ai l’impression de régresser.

    1. Bonjour Patricia,

      Dans mon cas, les acouphènes sont toujours présents mais ne me gênent pas la plupart du temps car je n’y fait pas attention.
      Il y a des moments où j’ai, comme toi, l’impression de rechuter, mais pour l’instant je parviens toujours à « reprendre le dessus »…
      Il ne faut donc pas trop t’inquiéter : il y a bien possibilité d’habituation mais il y aura toujours des moments, des jours voire des périodes un peu plus longues pendant lesquelles tu « retombes » dans les acouphènes (c’est ce qui m’arrive en tout cas).
      Il faut que tu essayes de ne pas te focaliser dessus.
      Bon courage
      Philippe

      1. Je vois que je ne t’ai pas remercié pour ta réponse, désolée. Merci Philippe
        C’est vrai peu à peu tout est rentré dans l’ordre après mon message de janvier mais de nouveau depuis 3 jours « rechute ».
        Je crois que ça sera longtemps comme ça car tu me dis que tu « retombes » encore de temps à autres après plusieurs années.
        Encore merci pour tes messages, ta réponse du 1er février vient de nouveau de m’aider car de nouveau j’ai eu des doutes quant à l’habituation.
        Patricia

        1. L’habituation fonctionne très bien. Il peut arriver de se focaliser de nouveau sur ses acouphènes, ça peut arriver effectivement mais ça passera. Si tu y arrives une fois, tu y arriveras d’autres fois. Il peut arriver d’entendre les sifflements sans les chercher, même au bout de quelques années, ce n’est pas grave, ils partiront comme ils sont venus. Ils se sont déjà fait oublier, ils recommenceront :-)

  28. Bonjour à tous,

    Cela fait presque 5 ans que je souffre de ac et je n’en peux plus.

    Comme vous, j’essaye de trouver des trucs pour améliorer ma vie et surtout essayer de vivre avec ces ac.

    Ce n’est vraiment pas facile pour moi et je serais prêt à laisser une jambe ou un bras à la place de ces sifflements.

    Il y a quelques semaines, J’ai encore eu une période ou j’ai laissé tomber et j’étais décidé au pire.

    Je pense que la sophrologie ou d’autres techniques peuvent aider mais ne guérissent malheureusement pas.

    Les ac sont apparus pendant une période de grand stress et d’anxiété et depuis plus de silence.

    Je ne comprends pas pourquoi il n’est pas possible de faire machine arrière.

    Je pense qu’une fois que le cerveau a pris cette info, il la garde et cela devient très dure pour qu’il l’oublie.

    Aucun médicament ni traitement pour aider, c’est incompréhensible.

    Nous somme des milliers à souffrir et depuis de années sans que l’on trouve quoi que ce soit à cette horreur.

    Je ne tiens plus, je n’en peux plus et les autres ne comprennent pas.

    Famille et amis ne peuvent imaginer la souffrance que ces ac apportent. Pas de douleur , d’accord mais qu’elle souffrance psychologique.

    J’ai perdu le goût à la vie depuis que c’est arrivé. Rien ne me fait plaisir et rien ne m’attire.

    Il y a eu un avant et un après ac… j’aimerais pouvoir retourner en arrière et profiter de ce silence.

    Plus de silence, toujours ces sifflements…

    Bon courage à tous,

    Chris

    1. Je me disais comme toi qu’il y avait un avant et un après et j’ai arrêté de me dire cela car c’est négatif car ça te met dans une position de souffrance.
      Au lieu de prendre tes AC pour des ennemis dis toi qu’ils font partie de ta vie, de ton corps.
      Oui tu as toujours ce bruit dans les oreilles comme tu vois toujours flou de près en vieillissant. Tu ne peux rien y faire donc le mieux est d’ accepter que tu as ce son en permanence. Accepter est le seul moyen d’arrêter de souffrir.Essaye de ne pas leur donner d’attention en te disant que c’est un bruit normal,c’est le seul moyen de les oublier. Je ne te dis pas que c’est facile mais ne laissent pas les AC diriger ta vie, ne laisse pas les AC remplir ta vie.
      Bon courage Chris.

        1. Bonsoir Dufour,

          Mes acouphènes s’arrêtent quand je m’allonge donc la nuit je ne les entends pas. Cela m’a aidé au début car quand je n’en pouvais plus je m’allongeais.
          Tu peux essayer de mettre une musique douce mais la seule solution c’est de se dire oui j’entends les AC, c’est normal vu qu’ils sont là mais je ne m’en occupe pas. Je sais plus facile à dire qu’à faire.
          Mais il faut les accepter pas d’autre solution pour les oublier.

  29. Un grand merci si quelqu’un pouvait m’indiquer pourquoi les acouphènes changent d’intensité.
    Après plusieurs années j’avais réussi à m’habituer à peu près à mes acouphènes que j’ai depuis 2003 grâce à l’aide d’antidépresseurs et de médecine alternative.
    Depuis une semaine subitement un sifflement très fort a réapparu un beau matin qui ne me quitte plus.
    Je pensais que l’intensité restée stable avec le temps

    1. Bonjour,
      Les ORL nous disent que l’intensité de nos AC est toujours la même mais je ne suis pas sure que ça soit vrai car pour être sur de cela il faudrait mesurer l’intensité au moment où nous trouvons qu’ils sont plus intenses qu’avant. Donc c’est peut-être vrai mais peut-être pas; après tout on ignore tant de choses concernant les AC

  30. Bonjour à tous et bravo pour ce blog
    Cela remonte le moral
    Moi aussi acouphènes depuis 15 ans, au début très dur puis avec le temps ça s’est amélioré même s’ils sont toujours là.
    En ce moment c’est la fête dans ma tête certainement du à du stress et une bonne deprime suite à de gros problèmes.
    je relis ton poste et me dis que je peux et je dois y arriver aussi pour ma famille pour moi. Même si contrairement à toi les mauvais jours ce n’est pas 4 à 5 fois par heure qu’ils me gênent mais en permanence.
    J’ai même attaqué la sophrologie on verra bien.
    Courage à tous

    1. Bonjour lara84,
      je voulais savoir de quelle type sont tes accouphènes ( son aigu ou grave ?)et la nuit comment tu gères…
      bon courage

      1. Hello ce sont des acs aigus surtout à gauche et un plus grave à droite que j’entends seulement la nuit, mais le plus aigu je l’entends toute la journée quoi que je fasse. Certains jours il y a acalmie mais en ce moment je dérouille pas mal. Pour la nuit je m’endors soit en écoutant des bruits de la nature mais en ce moment ça marche moyen ou en mettant des bouchons. Avec les bouchons j’entends tout mes bruits internes et ça me stresse moins.
        Mais j’ai le moral dans les chaussettes en ce moment et je pense que ça aide pas.
        Bonne soirée

      2. Ah j’oublie aussi 4 gouttes de rivotril au coucher . Chose très bizarre mes acouphènes ayant évolué depuis trois mois je suis aller voir l’infirmière à mon boulot qui m’a fait repassé un test audio le dernier datant de 2010. Et bien résultats étonnants car j’ai moins de perte sur les aigus qu’il y a 5 ans et une audition tout à fait dans la normale. C’est à n’y rien comprendre avant j’avais une grosse perte de 40 % entre 2000 et 4000 hertz. La plus rien à peine une perte de 10%. Comme quoi il n’y a pas que les problèmes de perte auditive! !

  31. Bravo Jérôme pour ta démarche,
    j’ai un acc coté droit depuis 2009 suite à une multitude de paramètres extérieures et intérieurs .
    Je suis passé par touts les étapes , maintenant je vis avec j’ai pas le choix.
    Le plus dure c’est la nuit lorsque je me réveille pour me rendormir c’est pas évident sinon la journée ça va.
    Ils sont du type hyper aigu voir scintillement très sensible à mon taux d’acidité et le taux d’humidité dans l’air..
    les ORL me donnent différentes versions…
    mais aucun n’a la solution..
    J’ai une famille deux enfants en bas age et une femme , il faut que j’avance j’ai pas le choix c’est pas facile tous les jours..
    à bientôt.
    AD

  32. Bonjour Jérôme,

    Je tenais à te remercier pour tes conseils qui sont je pense très utiles face au désarmement que l’on peut éprouver quand les acouphènes nous tombent dessus. Pour ma part, ils sont arrivés depuis un mois sans raison apparente (j’ai 24 ans), sans doute du à des facteurs multiples (anxiété, fatigue, baladeur..). J’ai eu droit au traitement ORL classique vasodilatateur et corticoïdes, audiogramme normal.. Je ne les entends pas la journée, et j’utilise les bruits blancs le soir… Le plus dur est leur changement d’intensité/fréquence très variable en fonction du stress et de l’importance que l’on y apporte. L’habituation me semble possible sur le long terme, mais c’est plutôt les répercussions sur la vie sociale qui m’effraient.. Comment ne pas avoir peur du bruit, de l’aggravation face à un phénomène si mystérieux ?

    En tout cas bon courage à tous!

    1. Bonsoir Clémence,
      au début de mes acc j’ai fait faire des bouchons sur mesure pour allez aux concert et faire de la musique.( plus le bricolage)
      ça fait 6 ans , maintenant je n’utilise plus les bouchons car j’essaie au maximum de les maîtriser bien que ceux soit assez puissant..
      bon courage à tous.
      PS: la nuit est pas évidente…

    2. Oui les répercussions sur la vie sociale peuvent être importantes. C’est pour cette raison qu’il ne faut pas s’isoler, qu’il faut continuer à vivre normalement. Bien sûr au début on a peur des bruits qui nous entourent, c’est normal, mais petit à petit cette peur va disparaitre. il faut patienter en restant positif. Ok c’est plus facile à dire qu’à faire mais c’est possible et c’est ce que j’explique ici.

      1. Ça y est, la peur disparaît petit à petit ! Il y a encore du chemin à faire, c’est pas toujours évident, mais cela finit par s’arranger pour sûr ! Je pense que c’est cela le plus dur, dépasser sa peur (enfin dans mon cas où mes acouphènes sont sans doute relativement modérés). Les témoignages positifs que l’on trouve ici aident beaucoup ! Bon courage à tous et merci à Jérôme pour l’initiative

  33. bonjour
    je suis content de lire votre article car je pense la meme chose et ca me conforte sur l’idée que je me fais de mon acouphene .
    Depuis 2 mois j’ai un acouphene (bilateral ), je travaille dans la musique ( composieur, musicien , ingé son), et je suis donc obligé de faire une relation entre l’acouphene et mon metier.
    cepedant un matin pendant 10 secondes plus d’acouphene !
    je me dis donc que si mon cerveau a « supprimé » l’acouphene pendant 10 sec cela doit etre possible 24H/24 …
    je ne sais pas encore comment travailler la dessus pour y arriver …
    je vais aller voir un sophrologue specialsite de l’acouphen dans 2 mois ( pas de rdv avant :-( ) .
    dans tous les cas merci ca me donne de l’espoir.

  34. Bonjour Jérome,
    L’habituation c’est entendre les AC sans pour autant en être gêné ou bien est-ce les oublier complètement ?

  35. Bonjour,

    Interessant, en effet les médécins de savent rien, et internet ça fait juste déprimer…
    J’ai des acouphènes objectifs depuis qq années suite a un traumatisme cranien (agression).
    Ca m’énerve surtout car m’empêche de me concentrer pleinement, d’autant plus que je suis en prépa scientifique!!!
    Je m’en sors mais je pense que c’est quand même un grave handicap, Ne serais-ce que pour l’agacement, qui me démotive à bosser.
    Mais je garde espoir! Courage à ceux qui sont dans mon cas !!!

  36. Bonjour Jérôme et bonjour à tous,
    Ce n’est pas la 1ère fois que je viens sur ce blog, en fait dès que je sens que je ne maitrise plus la gêne de mes acouphènes il m’arrive de revenir ici pour relire les pistes proposées par Jérôme. Et je découvre que je ne suis pas le seul ;)
    Ce qui me motive à laisser un message, c’est que la plupart des commentaires sont porteurs d’espoir et de mieux vivre. Pour ma part j’ai des acouphènes depuis 2004, mais c’est depuis cette année seulement que j’ai du mal avec, suite à une imprudence en concert où j’ai attendu 40 mn avant de mettre mes bouchons, le son me paraissant raisonnable. Et là depuis quelques mois je les ai quasiment en permanence à l’esprit.
    Il y a quelques semaines, et à d’autres périodes avant, j’arrivais à beaucoup moins y penser, et c’est d’ailleurs ça qui me rassure quand je n’arrive plus à gérer cette gêne: je sais qu’il reviendra une période où ils seront moins présent parce que j’arriverai à moins y porter mon attention. Dans ces moments là, comme par exemple quand je suis concentré sur mon travail, je peux très bien ne pas y faire attention pendant plusieurs heures. Contrairement à aujourd’hui où j’y ai pensé constamment. C’est dire l’importance du mental, je suis persuadé que l’on peut tromper le cerveau, à partir du moment où l’on ne fait plus attention aux acouphènes, le cerveau est comme branché sur une autre fréquence, mais bien sûr cet équilibre peut être éphémère.
    L’important est d’arriver à lâcher prise, chose difficile, notamment pour quelqu’un comme moi qui est toujours dans le contrôle, et qui de base est sensible au moindre son ou bruit …
    Heureusement ma gêne n’est pas la même à chaque moment de la journée, il y a heureusement aussi des moments où il est impossible de les entendre à cause de l’environnement ( transports en commun … ). Bizarrement ce n’est pas dans le silence qu’ils me gênent le plus, mais davantage si je regarde la télé par exemple car je me rends compte que mes acouphènes ne sont pas couverts par le son du téléviseur, c’est d’ailleurs comme ça que je me suis aperçu qu’ils s’étaient aggravés. Et puis des fois, micro victoire, je réalise que j’ai passé par exemple 30mn pendant un film sans les avoir entendu, et ça n’a rien à voir avec le volume du son. Tous ces petits moments, qui peuvent donc parfois durer quelques heures, sont encourageants. je crois que c’est la principale chose qui peut m’aider à les surmonter. Il ne faut pas faire attention aux acouphènes sans que cette démarche devienne obsessionnelle non plus, ce serait comme essayer de s’endormir en ne pensant qu’à chercher à s’endormir. Je suis convaincu que le lâcher prise est une piste, mais pas la plus simple.
    Bon courage à vous tous.

  37. Bonjour,

    Toute chose n’a que l’importance qu’on lui accorde.
    Je suis d’accord avec toi cependant lorsque l’intensité sonore de mes acouphènes devient trop élevé, je suis obligée de lui en accordé
    .
    Un bruit strident me résonne alors dans la tête. Heureusement qu’ils n’ont pas toujours cette intensité, je ne sais pas comment je ferais pour vivre avec.
    J’ai des acouphènes depuis 10 ans suite à une fracture du rocher gauche.
    Je vis avec et j’aurai même du mal à vivre sans du moment où ils n’ont pas cette intenssité qui surgit aléatoirement 3 ou 4 fois par an.

    Un ORL m’a conseillé de m’appareiller, je suis sceptique et je n’ai pas envie à 46 ans de me retrouver avec un tchi tchou dans l’oreille.
    Et vous quelles sont vos méthodes pour vivre avec ?

  38. Hello a tous !
    Bin je viens de refaire une rechute hyperacousique suite a un mini traumatisme saunore dans un bar bruyant avec DJ… C’est la merde. Ca date de samedi soir et j ai eu a mal a partir de lundi seulement. Je vois l’ORL dans 1h. J’etais sorti d’affaire !! Fais chier :(((

  39. Reponse ORL :
    Solupred, vaso… A prendre pendant 6 jour. Oreille OK, tympan OK. Une baisse dans les hautes frequences moyenne mais surement genetique
    Je le revois dans un semaine. Je me protege du bruit uniquement en fin de journee quand ca sature et que l’oreille chauffe. Voila. Je ne veux absolument pas revivre les jours horribles du debut. Ca serait le suicide direct. Mais heuresement c est nettement moins prononcé que la premiere foi l hyperac. C’est surtout pour l’instant douloureux…

  40. Bonjours a tous, j’ai 20 ans et j’ai des acouphènes depuis 3 jours. Je précise que j’ai eu une trachéite et une toux très grasse pendant 2 semaine, a l’heure d’ojd j’ai le nez assez pris, je tousse toujours un peu et j’ai donc Cest acouphène avec bourdonnement sifflement impression d’avoir l’oreille bouché. Je suis allé voir l’orl qui m’a dit que c’était lié il m’a donc redonnez un antibiotique et de la cortisone ( solupred) Je précise aussi que je suis une personne anxieuse et stréssé de base j’ai beaucoup était malade cette année ( problème d’estomac, vessie est.. J’ai donc pris pas mal de médicaments) pensez vous que je n’aurais plus rien après la fin de mon rhume ? Combien de temps cela va durer ? Merci beaucoup

  41. Exactement ce que je pense. Il est possible de s’en débarrasser. Ça fait 7 ans maintenant et parfois elles augmentent parfois elle diminuent, selon l’humeur du moment. Une fois ma femme m’a passé un savon à ce sujet. Subitement je n’entends plus rien, que faire… Du coup on se met à les chercher, et on les trouve naturellement. Il faut pas longtemps pour les retrouver. Le plus dur, une fois oubliées, c’est de ne plus y repenser. C’est comme l’alcool ou le tabac, parfois leur manque angoisse.

  42. Bonjour,
    Meilleurs vœux pour cette nouvelle année.
    Je souffres depuis maintenant 6 ans d’un acouphène permanent sur l’oreille gauche. Cet acouphène fait suite à une chute sur la mâchoire durant une activité sportive.
    Ces acouphènes s’accompagne d’une perte très importante de l’audition.
    J’ai passé depuis un scanner et un IRM qui n’ont pas relevé de dysfonctionnement de l’oreille interne.
    J’ai de plus en plus de mal à supporter ces acouphènes. J’ai eu une sensation d’oreille bouchée au mois de juin 2015, et depuis la puissance de l’acouphène à augmentée.
    J’aimerais consulter un spécialiste qui puisse réétudier mon dossier et faire le bon diagnostic.
    J’ai entendu parler de la clinique Jean CAUSSE près de BEZIER. Avez-vous des retour sur cette clinique?
    Pour information j’habite à Nantes et je suis suivi par le docteur DURAND (ORL aux Nouvelles Cliniques Nantaises) qui semble impuissant face à mon problème.
    Avant d’envisager le port d’un appareillage, je voudrais définitivement m’assurer qu’il n’y ait pas de solution à mon problème.
    De plus, je vais consulter semaine prochaine, un Sofrologue (Monsieur VADEPIED de la Clinique BRETECHE). En espérant que cela fonctionne sur moi. Quelqu’un le connait?
    Cordialement

  43. Bonjour,
    j’ai des acouphènes depuis maintenant 1 mois et demi. Ils sont me semblent t-ils apparus au décours d’une sinusite. Au début c’était vraiment l’enfer jusqu’à me prendre quelques jours d’arrêt maladie. Depuis peu c’est en bonne diminution bien que je les perçoivent encore. J’espère qu’ils disparaîtront avec le temps.
    Pour info une amie en a eu sans raison apparente qu’elle a gardé pendant 6 mois puis plus rien.
    Merci pour les infos ça fait du bien d’avoir des retours positifs

  44. Bonjour Jérôme,
    Merci pour tes conseils et ton optimisme qui font du bien à tout le monde.
    J’ai des acouphènes depuis avril 2014. Etant super anxieux, ça m’a créé des troubles paniques horribles. J’ai vécu un calvaire psychologique pendant 4 mois et j’ai réussi à reprendre le dessus.
    En novembre 2015, je me suis rompu le ligament croisé du genou au foot et je suis resté 2 mois en arrêt. Pendant ces 2 mois, je n’entendais quasi plus mon acouphène.
    Le jour de ma reprise du travail, j’ai senti une angoisse avec une tension de mon corps et le soir retour des acouphènes encore plus fort avec en plus un acouphène genre coup de couteau sonore. Ca fait 1 mois que ça ne s’améliore pas et j’ai le moral au plus bas. Je ne dors quasiment pas.
    Est-ce que le stress a pu me déclencher tout ça?

    Merci de ta réponse.

  45. Bonjour tout le monde je m’appelle Sandra et j’ai des acouphènes depuis une semaine tout juste. Je ne connais pas encore la cause de ces derniers mais j’ai pu remarqué que je les avais qu’à partir du réveil jusqu’au soir mais au coucher je les entend plus! Est ce qu il y aurait une personne ici similaire à mon cas? Sachant que j’ai fait de l’hyperacousie il y a quelques années en arrière. Je suis située en Haute Savoie j’aimerai pourquoi pas rencontrer des personnes de ma région souffrant le même problème que moi. Merci de m’avoir lu.

    1. Bonjour,
      Comme toi dès que je m’allonge les AC cessent. Je n’ai jamais fait d’hyperacousie.
      Pourquoi veux tu rencontrer des gens qui entendent des AC ?

  46. Bonjour à toutes et à tous.

    Pour ma part, j’ai eu droit au cadeau ACC 3 jours après mes 45 ans.
    Tout bêtement, en prenant ma moto comme tous les jours et au bout d’a peine 1 km, j’en avais plein les oreilles (alors que je ne roulais qu’à 50 km !)
    je suis rentré illico et mes oreilles ont commencé à siffler.
    Depuis lors, c’est ORL X 1 ( ACC mon bon monsieur, y’a rien a faire) et ORL X 2 (Allergie peut etre, prenez un mois de traitement) et Verdict de l’audiogramme, nerfs auditifs + tympannograme : Nickel, sauf decrochage à l’oreille gauche à 6000 htz et remontée ensuite.
    Mon oreille droite à siffle en 1er, et ensuite la seconde mais qu’en frequence basse.
    Ce qui reste très bizarre dans mon cas, c’est que depuis lors, j’alterne les journées ou ca peut monter assez fort (la droite plus que l’autre) et redescendre illico, comme des crises.
    Hier matin, je n’avais presque plus rien, je ne m’en suis rendu que dans les toilettes en tendant … l’oreille (non mais oh !). un leger « pschht » de decompression.
    hier apm, c’est remonté un poil, mais rien de transcendant, et ce matin, c’etait sifflement de 10h à 14h…
    j’ai du mal à comprendre…
    Ah si, j’ai eu un travaux dentaire un mois et 10 jours avant le debut de ces souci (dévitalisation d’une canine + pose d’un bridge en facade sur 2 points d’encrage), et je me suis cassé la gueule de l’echelle avec entorse 20 jours avant, et je suis tombé par terre sur le dos (par contre, je crois pas que la tête a tapper, c’etait du dernier barreau (le + bas).
    Visite jeudi dernier chez l’Ostheo. Ca n’a rien donné.

    Ah si, je suis S+ depuis longtemps, sous traitement, et en très bonne santé et sportif.

    Je fais le kéké dans ce que vous lisez, mais à vrai dire, j’ai le chocottes. j’vous jure.
    Pas facile à gerer, tant d’inconnus.
    Je retourne chez l’Orl mercredi pour faire un point.
    Je viens de recevoir ma moto neuve, et j’ai peur d’y monter dessus (avec le casque et bouchon – 40 DB qui vont bien…)
    Aussi, le boulot, très bruyant (mais bon, je me protège), mais comme lu plus haut, avec 2 enfants jeunes et leur mère, je me dois d’avancer….

    En attendant de voir comment cela évolue…
    merci de m’avoir lu

    1. C’est difficile au début mais peu à peu le cerveau s’habitue à ce bruit permanent. Un jour tu vas t’apercevoir que quand tu penses à autre chose tu ne les entends plus . Les périodes où tu ne les entendras plus vont être de plus en plus longues avec des rechutes de temps à autres. Par exemple j’entends les AC de nouveau depuis une semaine alors que je ne les entendais plus. Mais je sais que ça va passer et même si je els entends, ils ne me dérangent plus.
      Bon courage

  47. Allez je me lance..
    voilà j’ai aujourd hui 25 ans et j’ai des acouphènes depuis le jour de la fin du monde (supposée) des Mayas (je crois?) c est à dire fin décembre 2012, ça je suis sur!
    Ce soir là je suis de sortie à Paris, je suis nantais à la base, et en sortie de boite de nuit une bagarre éclate.
    Je me retrouve en garde-à-vue après avoir tenté de porter secours à un ami (nantais également) et j y reste pour près de 48h.
    Etant donné la fin du monde supposée, il y a du monde en garde-à-vue ce soir là à Paris et le bruit n’arrete donc quasiment pas pendant ces deux journées et nuits entière.
    Arrivé à Nantes pour Noël j’entends un acouphène, central, aigu, le fameux « hiiiiiii », vraiment au milieu de la tête et pense tout de suite qu’il risque d’être permanent.
    Le soir même gros stress et les jours suivants je me souvient d’avoir du mettre des documentaires sur l’ordi pour m endormir.
    J’avais deja eu étant adolescent des acouphènes ‘post boîte de nuit’ qui duraient généralement plus de 24 heures mais disparaissaient ensuite.
    Aussi, je m’étais fait diasnostiqué une perte de l’audition en 2011 (à Nantes, comme Jérome, par le Docteur Holer) de 30% sur les deux oreilles, qui me faisait demander de répéter parfois mais apres quoi j’avais decidé de ne pas me faire appareiller.. « 30% ça va! En plus l’appareillage à 21 ans, faut pas exagérer ;)  »
    du coup, quand mes acouphènes permanents ont commencé fin 2012 grosse depression, mais à ce moment j’ai la chance d’avoir une copine géniale qui prend des vacances dès avoir appris la nouvelle et me rejoint a Nantes pour qu’on passe le nouvel an ensemble! Et petit à petit je vais m’habituer a ces acouphènes! En faite ma depression sera de courte durée (une semaine) et je remonte la pente doucement mais surement! Au point que l’été 2013 passé à Boston fut un des plus beaux de ma (courte) vie!!! les ac. étaient présents mais gérables et je m y suis très bien habitués.

    A ce moment là et pendant les 4 prochaines années deux choses seulement me préocupent:
    -j’avais lu sur un forum que les ac pouvaient augmenter au bout de 4-5 ans, ce que j’ai finit par oublié..
    -lorsque je baillais j’avais un bourdonnement passager dans l’oreille droite qui me faisait peur mais s estompait au bout de quelques secondes.
    Malgré ces petites preocupations je vis très bien et oublie mes acouphènes la plupart du temps.
    Pour être completement honnête, je n’ai rien fait pendant 4 pour prévenir une augmentation: boîte de nuit de temps à autres sans protection.. ‘he oui bravo’.. alcool avec les copains, quelques periodes de fumette de weed..
    J’ai bossé 1 an aux USA, ça c est super bien passé mais faute de visa je rentre a Nantes fin 2015.

    J y reste un an pendant lequel je revois l’ORL docteur Holer et refait un test auditif, toujours 30% (perte dans les aigus) pas de pertes supplémentaire en 4 ans. Mais cette fois je vois un audioprothesiste pour une éventuel appareillage. Suite a ça je trouve les appareils efficaces et je les adopte en septembre 2016.

    et il y a une semaine, c est a dire fin novembre 2016, je décroche un poste a Bahrain (Emirats Arabes Unis) dans l’hotellerie. Du coup depuis que je suis ici je laisse la fumette de coté et me met à faire du sport pour évacuer.
    Mais il y a 5 jours, après une session de sport nocturne, j’entends le bourdonnement dans l’oreille droite qui etait passager apres avoir baillé (à l’époque) mais cette fois il revient toutes les 15 secondes environ, et j’ai aussi l’impression que le ‘hiiiii’ s’est intensifié à gauche et depuis c’est la cata! Je commence le taff demain soir (6 décembre) mais je n’ai déjà plus de forces, je m’endors correctement mais reveillé dans la nuit et en sueur (sueurs froides intenses), nuits très peu recupératrice, perte de l’appétit du au stress, perte de poids (je suis déjà pas gros, 70kg pour 1,86m) je pense avoir perdu 5kg mais je n’ai pas de balance ici..
    Le soir j’arrive à controler les acouphène en utilisant une technique que j’ai ‘inventé’: je m imagine entrer dans ma tete et ranger mes acouphènes dans un tiroir comme si je rangeais un pull dans un tiroir en rangeant ma chambre.. ça peut paraître bizarre mais ca marche bien et ce dans le silence (pas de bruit blancs, musique, ou quoi qui me gêne plus qu autre chose avec l’acouphène en plus..)

    Maglré ça je me sens à plat, avec des idées suicidaires par moment .. l’envie de rentrer en France pour être pris en charge mais je redoute le prise d’AD.. Je suis de nature anxieuse et il m aie arrivé de faire des crise d’hypocondrie…super cocktail.

    Voilà, j’ai déjà reussi à surmonter mes acouphènes avec succès mais là je doute, écrire m’apaise déjà un peu.. Devrais-je prendre des calmants ou somnifères pour faire des nuits plus longues? voire des AD?
    D’avance merci pour vos réponses..
    Hugo

    1. Bonjour Hugo,

      Tout d’abord bon courage pour ton premier jour !
      Ton récit relate plusieurs changements récents dans ta vie, donc beaucoup de stress et cela se répand sur ton état physique, d’ou le retour de tes acouphènes qui est probablement lié.
      As-tu explorer d’autres pistes pour l’apparition du bourdonnement ? Problème d’oreille interne par exemple ?
      Surtout parles-en à tes proches et n’oublies pas que ce n’est qu’un passage difficile. Il faut que tu en sois convaincu. Répètes-toi tous les soirs, « Ce n’est qu’un passage difficile », le « hiiii » va s’atténuer et ton cerveau va s’y habituer puisqu’il l’a déjà fait auparavant et pour le bourdonnement il va soit partir, soit il va te rendre plus fort et tu t’y adaptera. Soit fort et combatif tant que ce bruit n’est pas accepté, mais au bout d’un moment il va faire parti de toi ou il va simplement partir.

      Toutes les techniques sont bonne à prendre, dès qu’une technique fonctionne, écris-là, répètes là à l’infini jusqu’à en trouver d’autres.

      Pour ce qui est de prendre des médicaments, je ne suis personnellement pas convaincu que cela aide beaucoup à long terme mais à court terme pourquoi pas. Peut-être peux-tu te fixer un objectif, si par exemple dans une semaine tu ne le sens vraiment pas au niveau des idées suicidaires les médicaments pourront t’aider et te permettre d’avancer dans une nouvelle démarche de guérison pour tes acouphènes.

      Voila ce n’est que mon point de vue et je n’ai qu’une simple visualisation externe de qui tu es et de ce que tu vis.

      Bon courage et n’hésites surtout pas à écrire.

      Une Nantaise aussi ;)

      1. Bonjour Claire!
        Merci beaucoup pour ta réponse aussi rapide! Je ne m y attendais pas du tout à mon réveil et ça fait du bien!
        La fin de ma nuit a été chahutée mais sans sueurs froides tout du moins..
        Vis-tu aussi un moment difficile pour être connectée aussi tard? :o

        Je vais continuer a positiver et verrai comme tu me l as recommandé dans une semaine, voir comment ça a évolué.

        Quelle surprise aussi qu’il y aie autant de Nantais sur cette page!

        Bonne journée.

        1. Bonjour !

          Non pas de soucis de mon côté, je suis parfois couche-tard. J’étais revenue sur cette page car je m’étais promis que j’y posterai un message positif sur mon « petit » parcours avec les acouphènes et puis j’ai lu ton message..

          Comment vas-tu ?

  48. Je me retrouve dans beaucoup de témoignages en commentaires.
    Ça fait plaisir de voir des commentaires positifs et encourageants.

    Quand j’ai commencé, j’aurais bien aimé tomber sur cet article. Mais bon pour éviter de m’enfoncer encore plus dans la déprime je ne regardais pas les blogs ou les sujets sur les acouphènes.
    Je pensais que ça m’y ferait penser encore plus. Et en même temps d’un autre côté je me disais que si un traitement miracle sortait je n’en serais pas au courant.
    D’ailleurs c’est la première fois que je poste un commentaire sur le sujet. (c’est pour ça il sera un peu long)

    J’ai eu des acouphènes il y a 9 ans à peu près suite à un traumatisme sonore. D’après les tests de l’époque, acouphènes à 40dB.
    Les 6 premiers mois après l’apparition de mes acouphènes, j’étais au fond du gouffre. Je pensais que je ne m’y habituerais jamais. Toute la journée j’y pensais. Je me suis renfermé sur moi-même.
    Je dormais mal, j’étais crevé au boulot toute la journée. Donc irritable, encore plus focalisé sur mes acouphènes… Le cercle vicieux.
    Je prenais les jours les uns après les autres, sans me projeter. Je me faisais la liste de toutes les choses que je ne pourrais plus faire.

    De mon côté, l’alcool ne me provoquait pas d’augmentation des acouphènes, c’était même l’inverse.
    Donc tous les soirs j’allais boire des bières dans un bar près de chez moi. Pas pour me mettre la tête à l’envers, mais juste parce que j’avais remarqué que quand je picolais je n’entendais plus mes acouphènes ou en tout cas je n’y faisais plus attention. Et en plus ensuite je dormais beaucoup plus facilement.
    Mais ce n’est pas une solution hein ! ça m’a dépanné à un certain moment mais il ne faut pas que ça dure, sinon ça engendre plus de problèmes que ça n’en résout.

    Quand j’étais au fond, j’ai arrêté le sport et je passais mes soirées à jouer à la wii. Mais ce n’était pas la bonne solution.
    Si c’était à refaire j’aurais continué le sport et j’aurais même augmenté la dose.
    Depuis je m’y suis remis largement, puisque je fais du triathlon et des ultra trails.
    Le sport permet de penser à autre chose. Pendant que je fais du sport je n’entends pas mes acouphènes. Et en plus ensuite ça permet de s’endormir plus vite et de dormir comme un loir.

    Au début j’avais également de l’hyperacousie : les chocs de bouteilles en verre ou une porte qui cloquait, m’étaient difficiles à supporter.
    Pendant plusieurs mois je l’ai subi. Jusqu’au jour où je suis allé chez un ORL qui m’a dit qu’il n’y avait pas de raison que j’ai de l’hyperacousie… et comme par magie dans les jours qui ont suivi l’hyperacousie a diminué jusqu’à disparaitre.
    Comme quoi c’est ouf, ce que l’esprit stressé peut faire sur le corps.

    Comme beaucoup d’entre nous, pendant les premiers temps j’ai eu tendance à me surprotéger.
    Je mettais des bouchons ou un casque souvent dans la rue ou dans le métro et c’est vrai que le niveau de tolérance au bruit diminue et finalement un bruit insignifiant nous semble relativement fort.
    Au début ça peut être utile pour se sécuriser et être plus à l’aise, mais assez rapidement et petit à petit il faut s’en défaire et retrouver une existence normale dans la vie de tous les jours (rues, boulots, …)

    Je sais maintenant que mon cerveau y est pour beaucoup, car quand je pense que mes oreilles ont pu être abimées, même quand je porte des bouchons. Les jours qui suivants, j’ai des acouphènes beaucoup plus forts.
    Le stress que mes oreilles aient pu être abîmées provoque lui-même des acouphènes. Je me retrouve totalement dans le commentaire de Joan

    Une chose difficile c’est de ne pas savoir ce qui vient bien de l’oreille (traumatisme) et ce qui vient du cerveau.
    Parfois j’aimerais savoir. Même si on fait un test chez l’ORL ça reste subjectif.

    De plus, ce que je trouve compliqué quand je vais dans un endroit où il y a du bruit, c’est de ne pas savoir à quel moment et à combien de dB ça peut abîmer mes oreilles.
    A une période j’avais regardé pour acheter un dBmètre pour avoir une idée des dB dans les endroits bruyants. Mais après j’avais laissé tomber car ça paraissait encombrant.
    J’avais aussi testé des appli iphone, mais les résultats semblaient plutôt aléatoires.
    C’est dur de savoir si c’est vraiment fort ou si c’est parce qu’on fait une fixette dessus.
    Quand je rentre dans un bar ou une salle de conférence ou un truc du genre, je repère directement ou sont les enceintes.

    Mes conseils :
    Surtout arrêtez de ressasser les choses et de vous apitoyer sur ce qui a (supposément) causé vos acouphènes. Si vous tournez et retournez le truc dans votre tête toute la journée, c’est le meilleur moyen de péter un câble et de sombrer.

    Evitez de faire une liste de tout ce que vous pensez ne plus pouvoir faire, ça met le moral dans les chaussettes et ça n’aide pas à se projeter et à faire des projets.

    Faites des projets, fixez-vous des objectifs, ça vous fera avancer et ça vous donnerai un but. Quand je n’avais pas de but à moyen et long terme, je vais au jour le jour et j’attendais le lendemain en me disant que peut-être ça irait mieux.

    Faites du sport ! Vous verrez au moins pendant le moment où vous pratiquez vous oubliez le reste.
    Personnellement je cours sans musique, d’un parce qu’au moins je ne m’abime pas les oreilles à écouter trop fort, 2 je suis plus attentif à mon environnement, à la nature et je profite du moment.

    Je vous conseille de télécharger sur votre téléphone une appli avec différent bruit. J’utilise « White Noise » qui est très bien.
    Quand vous n’arrivez pas à vous focaliser sur autre chose que vos acs, écoutez le bruit d’un ruisseau qui coule, de la pluie ou du bruit blanc. ça permet au moins pour un moment de penser à autre chose et de se détendre un peu.

    C’est quand j’ai eu mes acouphènes que j’ai commencé à me tourner vers le développement personnel, la méditation et ce genre de pratiques positives sur le corps et l’esprit.
    Ça m’a fait énormément de bien. Ça m’a fait comprendre que ce à quoi on pense à une énorme influence sur l’expérience qu’on a de la vie et de ce qui nous entoure.

    Régulièrement je lis également des biographies de personnes inspirantes et qui ont su rebondir et faire des choses extraordinaires. Essayez, vous verrez c’est le genre de livres qui donne des ailes.

    Ne suivez jamais les gens qui vous disent que c’est pas grave (facile vu que eux ne le ressentent pas), oser dire non, car ensuite c’est vous qui serez emmerdée qui allez passer des moments difficiles, pas eux.
    N’essayez pas de faire plaisir à vos potes ou autres et de vous dire, juste une fois ça fera rien. Si vous êtes dans le même cas que Carol que vous sortez avec des potes et que vous êtes dépendant de la voiture des autres, au lieu d’aller en boite restez squatter dans la voiture pendant que vos potes danse en boîte.
    Vous aurez peut-être l’air chelou, mais au moins vous ne risquerez rien.

    Parfois quand on pense avoir un nouveau traumatisme, on revient au fond du gouffre et on repasse par toutes les étapes, mais on remonte plus vite. A chaque fois je pense qu’on remonte plus vite que la précédente.

    Pendant des mois j’ai réussi à ne plus les entendre. Ensuite une exposition que j’ai trouvé plutôt forte, m’a fait me refocaliser dessus et hop c’est reparti pour un tour.
    Mais sachez qu’on peut arriver à les oublier pendant longtemps. Je ne l’aurais pas pensé au début, mais c’est vraiment possible.

    Comme le dit bien Jérôme, « si pendant quelques jours j’ai pu ne pas faire attention à mes acouphènes, alors je peux le refaire à nouveau. » C’est très puissant, ça donne de l’espoir.
    Alors courage et profitez de la vie !

  49. J’aime beaucoup voir des commentaires de personnes dirent qu’elles arrivent à gérer leurs problèmes :-)
    La plupart des solutions viennent de nous, oui oui :-)

    S’il y a beaucoup de Nantais ici et si cela vous intéresse, peut être qu’il serait possible de nous retrouver quelque part à Nantes pour aller boire un verre et discuter de tout cela ou d’autres choses?
    Les intéressés, vous pouvez envoyer un mail à
    j e r o m a x @ g m a i l . c o m
    (en supprimant les espaces entre les lettres) avec pour sujet « RDV XIG » . S’il y a plusieurs personnes partantes alors on verra ce qu’on peut faire :-P

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *