Comment j’ai arrêté de fumer facilement

Haleine du fumeurBon le titre est un peu racoleur :-) mais cela fait maintenant 4 ans que j’ai arrêté de fumer très très facilement. Si facilement que cela en est incroyable pour presque tous les fumeurs autour de moi. Je crois que je peux maintenant en parler sereinement: l’arrêt de la clope n’est pas du tout ce que l’on croit. Et quand je fais le tour de ceux qui ont arrêté, beaucoup ont arrêté plutôt  facilement.
Voila l’histoire:
A 18 ans j’ai commencé à fumer, et j’ai commencé à fumer un paquet par jour dès le premier jour (n’importe quoi ce jeune…), je n’ai pas diminué ma consommation pendant 16 ans. J’ai arrêté pendant 6 mois au bout d’un an de cigarettes mais je ne sais pas trop pourquoi. Aucune autre tentative d’arrêt.
Le dimanche soir du 16 juin 2008, j’écrase ma dernière cigarette sans le savoir. En effet, après l’avoir fumée comme toutes les autres, je rentre dans la maison après ma clope du soir. 5min après, sur un coup de tête je dis à ma compagne : « Aller… j’arrête de fumer ». Elle m’a regardé un peu interloquée. J’étais un gros fumeur et ne parlais jamais de m’arrêter. Depuis c’est ce que je fais : j’arrête de fumer.
Un paquet par jour pendant 16 ans, cela signifie que j’ai fumé environ 116 000 cigarettes, soit 5 800 paquets de 20. En comptant 5.30€ le paquet en moyenne (et oui ils étaient moins cher avant), j’ai dépensé 30 700€… Depuis en ne fumant plus, jusqu’à aujourd’hui, j’ai économisé 8 000 €. Bon je vous le dis tout de suite, je ne sais pas où est passé cet argent puisque bien évidemment je ne l’ai pas mis de coté :-)

Qu’est ce qu’il s’est passé dans ma tête ce soir de juin? Je n’en sais rien. Un raz le bol sans doute. Étant fumeur, j’ai souvent pensé à ce que serait ma vie sans cigarettes. Ma réponse: une angoisse permanente. Il m’était impossible d’arrêter. J’avais déjà un peu analysé ce qui me gênerait dans le fait d’arrêter de fumer. Il en ressortait principalement 5 situations qui me paraissait impensables sans cigarette.
– les trajets
– les pauses café au boulot
– la récompense à un travail, ou partie de travail, terminé.
– les soirées arrosées
– la satisfaction sublimée par la cigarette

Bien sûr je ne fumais pas uniquement lors de ces circonstances, ça serait trop facile et surtout j’aurai fumé beaucoup moins. Ces 5 situations à elles-seules m’empêchaient de penser à l’idée d’arrêter. Je m’explique.
Les trajets : je partais travailler au boulot soit en voiture soit en vélo. A chaque fois que je montais dans une voiture j’allumais une cigarette (à part lorsqu’il y avait des enfants dedans et bizarrement, dans ce cas là, ne pas fumer ne me gênait pas). J’avais l’impression de m’ennuyer si je ne fumais pas!
Les fois où j’allais en vélo c’était pareil, c’était souvent parce qu’il faisait beau, donc tout naturellement la petite clope s’imposait pour profiter de tout ça… évidemment.
Les pauses cafés : là, tous les fumeurs savent que « café » est obligatoirement associé à « cigarette ». Je connais très très peu de fumeurs qui peuvent prendre un café sans clope. Ils préfèrent renoncer à un bon café dans un resto parce qu’ils ne peuvent fumer en même temps. Ils échangent même avec joie un très bon café dans une pièce chaleureuse contre un café de machines infectes, dehors, dans le vent et le froid mais avec une cigarette.
J’étais dans ce cas là…
Les récompenses : quoi de mieux lorsque vous avez fini un truc un peu pénible de fumer une clope pour apprécier pleinement votre « œuvre »? Que cela soit un dossier urgent à finir, le classement de vos papiers qui trainent depuis des semaines, une bonne dose de ménage ou le montage d’un meuble suédois, la cigarette est LA récompense. Et c’est vrai qu’elle est bonne celle là aussi.
Les soirées : là, il est possible de fumer son paquet en 5 ou 6h (en plus des cigarettes fumées dans la journée bien entendu). On est bien, détendu, on rigole, un verre, une clope, tout baigne quoi.
La satisfaction grandie par la cigarette : Vous êtes à regarder un coucher de soleil avec votre moitié, vous en allumez une parce que ce moment est vraiment géniale. Je pourrai même mettre cette cigarette avec celles qui vont « après l’amour » même si je ne le faisais plus.

Il reste à ajouter à cela le fait que je trouvais que les fumeurs étaient beaucoup plus cool que les non fumeurs (n’importe quoi…). Résultat : je n’avais pas spécialement ni l’idée ni l’envie d’arrêter.

Beaucoup de personnes rajoutent le coté dé-stressant au fait de fumer. A mon avis c’est faux.  En effet, si un truc vous prend la tête, ce n’est pas la cigarette que vous fumez qui va ne plus vous y faire penser. C’est même exactement l’inverse : vous allez y penser pendant tout le temps où vous fumer. Du coup vous n’allez même pas l’apprécier cette foutue clope : « tiens? elle est déjà fini? »

Il y a également des quantités d’autres raisons de fumer, elles sont toute recevables : les moments très durs de la vie sont les meilleures excuses. J’en reparlerai un peu plus tard.

La 1ère question est pourquoi arrêter de fumer?

pourquoi arrêter de fumerPourquoi arrêter de fumer? Là je crois que tout le monde est d’accord: la santé, l’argent, l’odeur, l’haleine,…
Pas la peine de parler d’argent, de santé ou même de cendrier froid dans la cuisine, tout le monde en bien conscient de tout cela. Par contre je vais juste dire un petit mot sur l’haleine du fumeur : lorsque je fumais, je pensais qu’une fois les dents lavés c’était ok, on était clean, on pouvait embrasser ses enfants ou même respirer à coté de quelqu’un dans un lit sans déranger. Et bien non… l’odeur vient de plus loin, des poumons. Et même après un gros brossage des dents, un bain de bouche et tout ce que vous voulez, vous puez. Par contre on ne s’en rend pas obligatoirement compte, je ne sais pas pourquoi personne ne nous le dit (?). J’ai embrassé mes enfants pendant très longtemps le soir après ma clope, pas un ne m’a dit que je sentais la cigarette… Depuis que je ne fume pas et que je dors avec une « petite » fumeuse (~5 cigarettes/jour) je me rend compte du désagrément que l’on cause aux autres. L’odeur de notre respiration est chargée de tabac froid et par conséquent pas du tout agréable…

La 2ième question est quand arrêter de fumer?

quand arrêter de fumerLa réponse est : maintenant.
Il ne faut pas se dire :
– oui mais là il s’est vraiment passé un truc grave dans ma vie, j’ai besoin de la cigarette
– oui mais là c’est l’été, les soirées barbecue arrivent au galop, j’arrêterai en septembre
– oui mais là on est jeudi, j’arrêterai lundi
– oui mais là il me reste encore une demi-cartouche, je ne vais pas la gâcher, j’arrêterai quand tous les paquets seront terminés
– oui mais là j’ai un bouton de moustique, j’arrêterai quand il neigera un mardi entre 10 et 11h dans le tiroir à chaussettes

Aucune de ces raisons ne doit être une excuse, aucune, même la première. Bon évidemment si vous êtes dans une geôle Nord-Coréenne, la tête dans un étau et qu’on vous demande si vous voulez une cigarette, fumez-là… de toutes façon ça sera votre dernière.

Voila les réponses aux excuses citées juste au dessus :

  • Vous trouverez toujours une bonne excuse pour continuer à fumer, toujours. Certaines ont évidemment l’air plus judicieuses que d’autres. Il y aura toujours des événements graves dans votre vie et plus vous vieillirez et plus vous en aurez. Alors avant que vous ne deveniez l’événement grave de vos enfants, arrêtez de fumer. (‘tain qu’est-ce que c’est beau ce que je viens de dire là)
  • On peut passer de très bonne soirée barbecue avec alcool, bons potes… sans cigarette. On peut en passer aussi des pourries mais ce n’est pas lié à la clope (je parle d’alcool car le fumeur l’associe souvent à la cigarette, comme le café).
  • Quelle est la différence entre un jeudi et un lundi? Le nom de la journée uniquement. Sinon c’est juste un jour comme les autres (ou une excuse pour retarder l’arrêt).
  • Vous ne voulez pas gâcher le reste de vos cigarettes? Que voulez-vous dire? Faut-il mieux qu’elles soient dans vos poumons ou dans la poubelle?

La 3ième question est comment arrêter de fumer?

Comment arrêter de fumerEn ne fumant plus ! (mais qu’est ce qu’il est drôle celui-là !) Et bien cette phrase n’est pas si anodine. Est-il plus simple de faire quelque chose ou de ne rien faire? Évidemment c’est de ne rien faire. Fumer est une action, cela vous demande d’être actif. Arrêter de fumer, c’est à dire « ne pas fumer » n’est pas une action, c’est passif. Il n’y a rien à faire, il suffit de ne rien faire. Si vous ne fumez pas au moment ou vous lisez ceci alors vous avez déjà arrêté, ce n’est pas plus dur que ça.

N’enviez pas les fumeurs, ayez pitié d’eux, ce sont eux qui vous envient ! Prenez conscience de ça. Quand vous voyez une personne qui a arrêté de fumer, quelle sentiment avez-vous? L’enviez-vous? Un peu non? Quand vous devenez non-fumeur, les fumeurs vous envient. Pensez à cela à chaque fois si vous enviez les fumeurs.
Il peut arriver, selon les groupes de personnes que l’on côtoie, que certains essaient de vous déstabiliser en vous affirmant que vous ne « tiendrez » pas, en vous proposant une cigarette régulièrement, etc. Ne vous laissez pas faire, ils sont jaloux de vous, vraiment, réfléchissez-y vous verrez. Ils pensent qu’ils ne peuvent pas arrêter et ne souhaitent pas que vous y arriviez (consciemment ou non), pourquoi vouloir vous refaire fumer sinon, pourquoi vouloir vous tenter? Gardez en tête qu’ils souhaiteraient être à votre place, ne les enviez pas, ce sont eux qui vous admirent. Ils envient votre courage et votre détermination.

La 4ième question : mon apparence?

l'apparence du fumeurComment ça mon apparence? La cigarette me donne des rides c’est ça? Elle me rend plus vieux? Oui, aussi, mais ce n’est pas de physiologie dont je veux vous parler…

Peut-être que tout le monde n’est pas dans ce cas, moi j’y étais, alors c’est pour cette raison que je peux en parler ouvertement. Je vais parler des fumeurs quotidiens, pas de ceux qui ne fument qu’une cigarette en soirée, même si, d’une certaine manière, cela peut également s’appliquer à eux.

Donc je pense que, d’une manière générale, le fumeur est fier. Et je dirai même plus, il est fier de fumer. C’est plutôt étrange mais je suis très persuadé de cela. Être fumeur induit que la personne est stressée, qu’elle a un besoin de se détendre. C’est pour cela qu’elle fume, à cause de son travail stressant, de sa vie stressante, de son mari stressant, de ses problèmes familiaux, de santé, etc. Supprimer la cigarette va supprimer implicitement ces images et donc réduire l’importance de la personne. C’est quand même la classe d’être stressé non. Pourquoi? Je ne sais pas trop. Peut-être que cela donne de l’importance au fumeur, peut-être que cela signifie, pour le cas du travail, que ce dernier est vraiment très important (ou très désagréable, ou très stressant, en tout cas très préoccupant ), qu’il est tellement difficile à gérer que la cigarette va l’aider dans sa tâche. Si tel est le cas, alors ne plus fumer va du même coup réduire cette impression aux yeux des autres. Le fumeur sera alors moins considéré, du moins il le pensera peut-être. Bien sûr il n’en est rien. Moi qui pensais cela (plus ou moins inconsciemment), je suis maintenant de l’autre coté de la barrière et je vois les choses vraiment différemment : les fumeurs sont comme les non-fumeurs, pas plus ou pas moins stressé, ils font le même travail, ils ont les mêmes soucis, il n’y a pas de raison.
Pensez-y : « Est-ce si gratifiant de fumer? »

La 5ième question est vais-je grossir?

Arrêter de fumer fait-il grossirSuite à certains messages, j’apporte une précision sur le fait de grossir lorsqu’on arrête de fumer. Ce n’est pas obligatoirement le cas !
Il faut cependant savoir que :

– fumer une cigarette consomme en moyenne 10 Kcal (200Kcal/jour pour un fumeur d’un paquet/jour). Je ne suis pas un spécialiste, ce sont des chiffres que j’ai trouvé sur internet.
– la nicotine augmente les dépenses en calories d’un fumeur de 13 % à l’effort et de 7% au repos par rapport à une personne « identique » ne fumant pas.

Ces deux choses font qu’un fumeur pèse en général quelques kilo de moins que s’il ne fumait pas. Ça ne va pas nous aider quoi…

Par contre vous pouvez facilement enrayer le problème sans trop de contraintes.
En effet, il suffit de savoir une petite chose toute simple : le manque de nicotine se manifeste notamment par une sensation similaire à celle de la faim, un espèce de petit ziguouiguoui dans le ventre qui ressemble à de la faim. Cette confusion fait que beaucoup de personnes grossissent pendant l’arrêt du tabac, elles mangent plus qu’avant, on dit qu’elles compensent. Pourtant ce n’est pas exactement cela. Elles sont plutôt trompées par le manque de nicotine qui semble leur dire « Tu as faim ». On peut donc confondre très facilement les deux. Il ne faut pas se laisser piéger. Une fois que vous savez cela, il suffit de ne pas manger pendant les 30sec qui vous font penser que vous avez faim. Ce n’est pas la faim, c’est le manque de nicotine qui se manifeste et dont un des symptôme est similaire à cette sensation. Lorsque j’ai arrêté de fumer je n’ai pas grossi car je savais cela, il m’a été alors plus facile de correctement identifier la sensation et de ne pas manger lorsqu’elle arrive. Pour ceux qui sont en train d’arrêter de fumer, observez-vous, combien de temps dure cette impression de faim? En réalité très peu de temps et elle est surtout très peu intense. Réfléchissez : cette durée est-elle surmontable? Cette intensité est-elle surmontable? Alors? Évidemment que c’est surmontable! C’est même ridicule tellement cette sensation est faible.  Vous avez déjà du surmonter des choses 1000 fois plus éprouvantes. Alors résistez-y 30sec, enfin je dis « résister » mais ce n’est même pas ça qu’il faudrait dire, il faudrait dire « oublier cette sensation 30sec ». C’est très très facile, vous avez déjà vécu des moments plus durs à surmonter que ça.

Ajouter un peu de sport deux fois par semaine (pas besoin d’en faire 20heures par semaine) et vous ne grossirez pas :-)

La santé

(ajout du 16/12/2013)
mutation adnBon, je pensais ne pas devoir en parler, mais suite à certains commentaires, j’écris finalement un tout petit paragraphe concernant les risques pour la santé.
Côtoyant une personne qui travaille dans la génétique, celle-ci m’a expliqué un truc qui fait que toutes les personnes souhaitant rester vivantes devraient ne plus jamais fumer : l’inhalation de fumée provoque des mutations de la séquence ADN au niveau des cellules pulmonaires. Qu’est ce que cela veut dire? Pour simplifier, cela veut dire que l’ADN présent dans vos cellules pulmonaires va être modifié par la présence de cette fumée et ceci à chaque bouffée de cigarette! Or l’ADN permet de dire à la cellule quel est son rôle et comment elle doit réagir. Des modifications dans le code génétique peut donc poser de gros problème. Pourquoi? Parce que TOUS les cancers commencent par une anomalie dans le code génétique…

Tentative d’explications :
si la mutation provoquée par la fumée modifie la propriété « couleur des yeux » de l’ADN d’une cellule pulmonaire, cela n’est pas très grave, puisque ce n’est pas le rôle de cette cellule : elle, son rôle, c’est d’être une cellule pulmonaire, pas un iris. La mutation, dans ce cas là, n’aura a priori alors aucun impact sur votre santé. Le problème survient notamment quand la propriété modifiée est celle indiquant quand la cellule doit mourir ou comment elle doit se multiplier (c’est le gène codant pour la protéine p53) Si la cellule ne meurt pas ou si elle se multiplie trop, une tumeur peut apparaitre. TOUS les cancers apparaissent suite à une anomalie dans la séquence d’ADN. On se rend alors compte que plus on fume et plus on risque de faire muter des gènes importants pour les cellules touchées. Et surtout, on se rend compte que la simple inhalation, unique, une seule fois dans une vie, d’une bouffée peut provoquer un cancer du poumon. C’est assez incroyable. Bon c’est un peu (beaucoup?) alarmiste car premièrement cela a peu de chance d’arriver pour une seule bouffée et que, deuxièmement, il y a des mécanismes internes complexes qui peuvent prendre en charge la réparation des dégâts. Mais, quoiqu’il en soit, une seule bouffée peut tout faire dégénérer ! On comprend bien alors que plus on fume et plus on prend des risques… mais ça tout le monde le sait ;-)

Une dernière chose

Surtout, soyez persuadé que vous ne fumerez plus jamais de votre vie, plus jamais, pas une seule bouffée, jamais, même « pour voir » ce que ça faisait : plus jamais de cigarettes, de cigares, de joints, de vaporette ou même d’une seule taff de tout ce qui se fume. N’oubliez pas que c’est votre première bouffée qui vous a rendu accroc. Celle que vous reprendrez aura le même résultat.
De plus votre fierté va être boostée. Je me rappelle que j’étais fier en allant au boulot, dans le bus, à me dire que j’avais arrêté, alors que personne ne me connaissait et que personne ne le savait. Vous verrez c’est très très agréable.

Respirer l'air purLa vie est vraiment plus belle sans cigarette : la sensation de liberté  est énorme. C’est fini d’avoir la poche gonflée par un paquet écrasé, d’avoir du tabac au fond du sac à main, de prévoir des paquets pour le weekend, d’aller à la gare le dimanche soir parce qu’on est en rade de clopes, de taxer ou de se faire taxer tous les jours, de se dire qu’on n’aura pas assez de clopes pour finir la journée, de se dire qu’il faut qu’on s’arrête dans un tabac, de dire « Attendez moi je vais acheter des cigarettes », de ne pas savoir où mettre ses mégots, d’avoir les doigts qui puent, de sortir dehors quand il pleut, d’avoir des gouttes d’eau qui tombent pile sur la cigarette qui font qu’elle se consume mal, de fumer dans le vent avec la clope qui ne brule que d’un coté, de faire froid aux autres habitants de la maison parce que vous fumez le bras par la fenêtre entre-ouverte en plein l’hiver, d’avoir des chewing-gums sur soi en permanence, de fumer des clopes préventives (genre fumer plusieurs cigarettes car on sait qu’on ne pourra pas fumer pendant plusieurs heures), etc. C’est même fini de se dire dire qu’il faut qu’on arrête de fumer…

Tout ça c’est fini… et le sentiment de liberté qui en découle est vraiment très très agréable.

Essayez, vous verrez.

Si vous avez des questions n’hésitez surtout pas.

Ah oui, j’aime bien cette phrase : « si vous voulez plus d’info sur le cancer du poumon alors… continuez à fumer.« 

Si cette page vous a aidé, faites un don en cliquant ici (du prix d’un paquet de clopes économisé par exemple), ça me fera plaisir ;-)
Pour cela vous aurez besoin de mon email : jeromax@gmhuhuhuail.com
Merciiii beaucoup !
Je vous aime ! ;-P

J’ai également créé une petite page où j’ai regroupé quelques images de campagnes anti-tabac qui m’ont paru intéressantes.

Une dernière dernière chose :-)

(ajout du 05/06/2014)
◄ ◄ Comme plusieurs personnes qui ont commenté cette page, j’ai moi aussi acheté le bouquin d’Allen Carr (lien sur l’image à gauche). On m’en avait parlé. Je l’ai acheté le lendemain de mon arrêt. Il est plutôt bien fait et pour le prix d’un paquet de clopes, ça ne vaut pas le coup de s’en priver. Il va également dans le même sens que moi et ça fait pas de mal de le relire de temps en temps si on a une petite baisse de motivation. En plus, il a écrit (pour simplifier) une idée par chapitre. Le livre comprend 23 chapitres, 23 chapitres qui prennent le problème par un autre bout. Par exemple, un seul chapitre parle de la santé, ce que je veux dire c’est qu’il ne s’étend pas sur ce sujet en particulier… Les exemples qu’ils donnent sont vraiment parlant, les analogies nous font dire « Je suis vraiment bête de fumer ». Bref, je pense que ça vaut le coup. Si vous ne pouvez pas vous l’acheter, faites-vous le prêter ;-)

Bon encore une dernière chose :-)

(ajout du 01/12/2017)
Il pourrait être sympa de discuter de tout ça autour d’un verre. J’habite à Nantes. Si des personnes sont intéressées pour venir faire une rencontre dans le coin, envoyez moi un email jeromax@gmhuhuhuail.com avec pour sujet « RDV XIG » et on calera un truc si on est plusieurs
Si vous pensez que cela peut aider quelqu’un, n’hésitez pas à partager cette page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *