J’ai fait un jeûne

Rencontre d’une personne cet été qui m’a racontée son jeûne de 10 jours puis un collègue qui termine juste son jeûne de 30 jours… J’ai trouvé ça assez intéressant et cela m’a bien donné envie d’essayer histoire de tester si un jour je peux faire une grève de la faim 😉

Les objectifs

Pas d’objectifs vraiment définis, plus pour le challenge de ne pas manger du tout pendant 1 semaine, pour voir ce que ressentent ceux qui font la grève de la faim. L’idée de ré-génération/ré-initialisation du corps me plait pas mal aussi. J’ai bien 2 ou 3 kilos en trop mais je sais qu’on les reprend en général directement à la fin du jeûne.

La préparation

pile de livresJe commence à me renseigner 2 mois avant le début afin de connaître tout ce qu’il y a à savoir sur le sujet. Il apparait que l’avant (la descente alimentaire) est très importante et que l’après (la reprise alimentaire) encore plus. Presque plus que le jeûne en lui même. Donc on me passe quelques bouquins, je m’abonne à quelques news letters et je discute pas mal avec les 2 personnes qui ont déjà fait un jeûne.

Je regarde mon agenda et fixe le jeûne tant bien que mal du mercredi 8 au mercredi 15 janvier 2020 entre les anniversaires et les week-end potes. Je prévois 2,5 jours de descente alimentaire et 3 ou 4 jours de reprise.

Il faut savoir que lors d’un jeûne, on peut avoir les symptômes suivants : une mauvaise haleine, des malaises vagaux, de la tachycardie, une baisse de la tension, une augmentation des pulsations cardiaques, des maux de tête, des douleurs stomacales, des nausées, une chute de la vitalité… sympas… j’ai hâte 😀

La descente alimentaire

Descente à ski légumesFinalement je commence la descente alimentaire un peu plus tôt que prévu, j’ai très envie de commencer… Je décide de ne plus manger les soirs des vendredi, samedi et dimanche puis de ne manger que liquide les lundi et mardi afin de ne plus rien manger le mercredi.

La descente alimentaire a pour but de réduire les problèmes de mal de tête, de faim, de crampes d’estomacs, etc

Zéro problème pour ne pas manger les 3 soirs. Même si je fais à manger pour mes enfants, c’est la fin des vacances scolaires et chacun mange un peu ce qu’il veut (les restes, omelettes, etc). Je ne fais donc pas de cuisine pour ces repas là. Même si j’ai un peu faim cela ne me coute pas. Je pensais me réveiller la nuit par la faim (cela m’ait déjà arrivé 2 ou 3 fois) mais pas du tout. Ne pas manger entre 14h et 9h le lendemain correspond finalement à un type de jeûne (le jeûne intermittent qui indique de ne pas manger pendant 16h d’affilé).

C’est une autre histoire le lundi matin. Je n’ai pas mangé depuis le dimanche midi, cela sent bon le pain grillé dans la cuisine et j’ai une « petite » faim qui arrive dès le réveil. Je me suis fixé de ne boire que du gazpacho pendant les 2 jours, de cette façon pas d’éléments solides, pas de féculents ni protéines animales. Je bois donc 2 petits verres de gazpacho. C’est plutôt bon sauf que dans ces conditions, l’ail est un ingrédient de trop je trouve 😝 Et puis avec l’odeur du pain grillé et du beurre fondu dans le nez… Arghhhh… Bon j’arrive au boulot et là on me dit : « Y’a trop de fibres dans le gazpacho pour la descente, il ne faut que des jus, même sucrés »… Allons bon… J’en bois quand même quelques goulées dans la matinée et file acheté du jus de raisins sur la pause déjeuner pour ces 2 jours.

Le lundi après-midi je commence à avoir bien faim. Une gorgée de jus de raisins semble l’apaiser un peu. J’en bois 3 gorgées dans l’après midi.

Finalement je n’en boirai pas le soir car je décide de commencer dès le mardi matin! Yahoooooo!

Le jeûne

GargouillisMardi 07/01 : 1er jour J’ai faim.

J’ai faim mais honnêtement ce n’est pas insurmontable, du tout. Je n’ai pas mangé d’aliments solides depuis le dimanche midi. A partir d’aujourd’hui je ne vais boire que de l’eau pendant 7 jours. Je prévois de boire 1.5litre d’eau par jour. Apparemment il n’en faut pas plus sinon on fait trop travailler le foie et les reins. Il n’en faut pas moins car il faut pouvoir évacuer les déchets. Je prends un petit pot de miel que je garde dans la voiture au cas où j’ai une grosse faiblesse au volant mais je ne compte pas m’en servir. J’étais prévenu que l’haleine n’allait pas être terrible durant toute la durée du jeûne, on ne m’a pas menti, cela a déjà commencé :-) Enfin c’est plutôt la bouche pâteuse plutôt qu’une mauvaise haleine.

Petite balade à la pause déjeuner ce midi. Plutôt agréable malgré la pluie et les odeurs de tous les restaux et boulangeries sur mon chemin… gloups…

Je suis tout de même assez faiblard. Mon collègue vient de me dire que j’avais une petite mine. Aux dires de certains, je devrais péter le feu dans moins de 2 jours quand la phase « cétogène » va s’enclencher.

Petite tisane fruits rouge le soir pendant que mes enfants mangeaient des pâtes bolognèse… Endormi vers 22h, réveil à 1h du matin pendant 30 min et rendormi jusqu’à 7h.

FaiblesseMercredi 08/01 : 2ième jour La faiblesse++ me gagne

Je suis faible. Je pensais avoir des crampes d’estomac ou d’autres douleurs dans le ventre mais, en fait, je n’ai pas plus faim que d’habitude quand j’ai faim avant de manger, ce n’est pas plus fort que ça. En revanche je suis vraiment faible ce matin. Je décide de boire un jus de citron… à la même table que le pain grillé rempli de beurre fondant que se préparent mes filles, n’importe quoi… Car ça sent drôlement bon 🤗

Un peu plus de vitalité au fil de la journée mais pas encore le top. Le diner a été dur. Mes enfants ont fait une pizza maison et cela embaumait trèèèèès très bon dans toute la maison, jusque dans ma chambre. Dur. Ah oui j’ai décidé que je ne ferai pas à manger pendant mon jeûne donc ils devront se débrouiller pour les repas pendant une semaine.

fatigue faiblesseJeudi 09/01 : 3ième jour Toujours en pleine descente

Le réveil est dur, je me suis réveillé 15000 fois dans la nuit. La douche me fait du bien mais j’ai toujours cette faiblesse incroyable. Je fais tout à 2 à l’heure. Je commence à en avoir marre de boire de l’eau. Je ne trouve plus ça bon. Je décide d’emporter un demi citron au bureau pour aromatiser un peu ma bouteille d’eau. Je me rend compte que ce n’est pas la faim qui peut me faire arrêter cette expérience mais cette sensation de faiblesse qui est dans tout mon corps. Je commence à trouver cela même un peu dangereux de conduire. En me pesant ce matin, je me rends compte que j’ai perdu 3.3kg depuis lundi… gloups… cela explique sans doute aussi cette mollesse dans tout ce que je fais. J’espère que la phase « cétogénèse » va rentrer en action très bientôt pour que je retrouve un peu la pêche 😞

Sur la pause du déjeuner, je vais acheter 2 bouteilles d’eau fortement minéralisées afin que le magnésium me redonne un peu d’énergie. La fin d’après midi et la soirée se passe plutôt bien , je n’ai pas spécialement sommeil et m’endort vers 22h30.

GargouillisVendredi 10/01 : 4ième jour Insomnie.

Réveil à 3h30 et impossible de me rendormir jusqu’à l’heure de la sonnerie. En revanche je suis plutôt en forme. Je n’ai plus cette sensation de faiblesse des jours précédent. Serai-je en train de passer en mode cétose? Cooool. Bon je suis toujours essoufflé dès que je monte 2 étages mais mon état a l’air mieux.

Petit bilan excrétions : pas de caca hein 😉 tout ça m’a l’air d’être bien au repos, c’est de l’histoire ancienne. Mon pipi est toujours plutôt clair alors que tout le monde me dit que le leur était marron voire presque noir… C’est peut-être parce que je bois beaucoup d’eau et que je vais souvent aux toilettes… ?

Toute la journée j’alterne eau du robinet et Hépar.

Je n’avais prévu aucune sortie ou diner pendant le week-end précédent et suivant le jeûne. Cela était plus facile. Néanmoins j’ai quand même recommencer à cuisiner pour mes filles. Ce n’est pas le fait de voir les aliments qui donne envie de manger, ce sont les odeurs… Et ça c’est assez dingue.

poulet moutarde herbes Samedi 11/01 : 5ième jour Toujours faim

Très bien dormi mais j’ai toujours faim, c’est incompréhensible. Aujourd’hui je vends ma maison et j’ai 5 visites dans la journée. C’est assez rigolo car je suis bien à côté de mes pompes, je ne sais plus ce que j’ai déjà dit ou pas dit aux visiteurs. En tout cas, je les préviens tous que je fais un jeûne et que je n’ai pas super la pêche. Je suis un peu naze en fin de journée.

Mon namoureuse, qui fait aussi le même jeûne, a préparé un Paris-Brest pour ses parents qui viennent nous faire une petite visite. L’odeur à la cuisson… les amandes grillées chaudes…mmmmmmmm… 😍 trop bon ! ! On en a mis une part au congélo pour plus tard 😋

C'est la fin Dimanche 12/01 : 6ième jour Toujours faim mais c’est la fin

On a décidé qu’on allait reprendre à manger lundi matin car on ne voit aucun symptôme que tout le monde a normalement : pic d’énergie, mauvaise haleine, faim en permanence. Aujourd’hui c’est l’anniversaire de mon neveu, ma sœur nous invite pour le gouter : frangipane, meringues, flan, fondant au chocolat. Tout fait maison. Nous, on boit une tisane en les regardant… En rentrant on fabrique notre jus de carottes pour le lendemain, youpi! On s’en fait une joie, sans spoiler je peux vous dire qu’on va rapidement déchanter 😅

Je recommence à avoir des gargouillis dans le ventre et presque une envie d’aller au toilette. V. y va et fait même une petite « crottiche », elle a aussi des remontées acides le soir. C’est assez dingue. On pense que rien que de savoir que l’on va remanger le soir, le corps commence à se remettre en route doucement. La puissance du cerveau sur le corps! fou!!

On se couche en rêvant à demain 😍

La reprise alimentaire

J’ai trouvé ce plan sur le site www.jeunerpoursasante.fr et je vais le suivre

1er jour lundi : Jus de carottes, très dilués au départ, puis plus concentrés à la fin de la journée. Prendre toutes les deux heures selon la faim. Au dîner prendre un bouillon de légumes.

17h35 : J’en peux plus du jus de carottes ! ! 😖 Et j’ai super faim ! Du coup on a décidé de manger des avocats et de la salade, parait que ça fonctionne aussi. Et quand je vois la tronche de la reprise alimentaire du 2ième jour, cela m’étonnerait qu’on y colle tout à fait aussi. Il va falloir des choses un peu plus consistantes, on en a plutôt marre d’avoir faim 😅

Finalement on mange de la soupe, des brocolis et des épinards (tout en très petites quantités et très doucement) et c’était suuuuuper bon 😍

2ème jour mardi : Jus de carottes concentré et bouillon de légumes dans la journée toutes les deux heures selon la faim. Potage avec pomme de terre au repas du soir. Possibilité de mettre un œuf cru dans le potage.

En fait nous avons mangé la même chose que la veille au soir ce matin. C’était parfait 👌

Le soir, petit bol de soupe, ratatouille, un œuf brouillé et quelques brocolis. Parfait! On s’est même pris un petit déca à la fin du repas. Le café et le thé sont trop excitants pour notre petit cœur de jeûneur fatigué

3ème jour mercredi : Jus de carottes concentré, potage avec pomme de terre, purée de légumes, œuf le midi . Le soir crudités, riz, poisson.

Très bien dormi, 8h d’une traite. 2 œufs brouillés et un peu de ratatouille au petit déj. On mange des œufs car on pense que l’on est un peu carencé en pas mal de chose, j’étais encore un peu faiblard jusqu’à hier. Aujourd’hui c’est beaucoup mieux. J’ai repris 700g ce matin. Il le fallait, tout le monde me dit que j’ai les joues creusées. Je prévois de reprendre doucement le sport (CrossFit) mardi prochain.

Ce midi, crevettes avec un peu de ratatouille ET une tranche de pain avec un peu de beurre… mmmmmm divin !

Ce soir, patidou farci avec les reste d’épinards, champignons et un peu de parmesan râpé dessus + de la mache. Très végétarien encore.

4ème jour jeudi : Repas normaux avec apparition des fruits à 17h30.

Banane ce matin et à partir de ce midi c’est reparti comme en 14 ! 🕺🕺🕺

Bilan

Et bien… bilan mitigé 🙄
Ni V. ni moi n’avons vu les symptômes attendus : on attend toujours le pic d’énergie et le cerveau au taquet, notre haleine n’est pas devenu fétide (pas terrible mais pas autant que ce que tout le monde dit), nous n’avons pas fait pipi marron et nous avons eu faim du début à la fin. C’est assez étrange, je ne sais pas ce qu’on a loupé et, en même temps, on n’a pas pu loupé grand chose puisqu’on n’a rien mangé! Elle a perdu 5kg et moi presque 7, je suis passé de 83kg à 76kg. On va en reprendre une bonne partie dans les 2 semaines qui viennent je pense.

En revanche, le côté challenge est réussi ! ! On a vu que l’on pouvait ne pas manger du tout en ne buvant que de l’eau pendant 1 semaine sans trop de problème (à part la faiblesse). Une semaine sans rien manger ! ! C’est assez fou quand même quand on y pense. Et les grévistes de la faim nous font maintenant bien rigoler, ah ah ah ah !!! :-)

N’hésitez pas à écrire un petit mot si vous avez fait un jeûne et que cela ne s’est pas passé comme prévu ou au contraire super bien passé.

Le jeûne pas à pas

(infos glanées sur le net)

Les 36 premières heures : épuisement des réserves de glucose

En parallèle de la dépense immédiate, une partie du glucose que nous consommons sera stockée dans le foie et les muscles, sous forme de glycogène hépatique et musculaire. Le foie, qui peut peser de 1,5 à 2 kg, contient jusqu’à 10 % de son poids en glycogène. De véritables « réserves de carburant » dont notre organisme pourra faire usage lorsque les derniers aliments ingérés auront été digérés et que le taux de glucose circulant dans le sang sera ainsi épuisé.

Seulement, cette réserve interne d’énergie demeure limitée : elle s’épuise en 36 heures environ quand nous cessons de nous alimenter ! Par conséquent, notre organisme va devoir mobiliser d’autres réserves d’énergie… Et c’est là que nous entrons dans la réelle phase de jeûne. Après 36 heures de jeûne, tout un mécanisme interne va ainsi prendre le relais afin d’approvisionner notre organisme en énergie et ainsi nous permettre de continuer à vivre.

De 36 à 48 heures plus tard : l’acidose

Notre organisme, alors privé de glucose, va puiser cette énergie vitale dans les réserves lipidiques (c’est à dire les graisses). Les réserves en acides gras du tissu adipeux seront ainsi transformées dans le foie en corps cétoniques. Ce changement métabolique brutal peut être à l’origine d’une sorte de crise de foie, appelée « crise d’acidose ». Elle se manifeste par des maux de tête, des nausées, parfois même des éruptions cutanées… Il s’agit là d’une réaction normale de notre organisme qui bascule en cétose. Ces troubles passent généralement en 36 à 48 heures au maximum. Une supplémentation en sels minéraux (citrates de potassium, de calcium et de magnésium) permet de tamponner cette acidité provoquée par les corps cétoniques mais également de diminuer la fatigue.

5e jour de jeûne : les protéines sont épargnées

Si notre organisme puise son énergie dans la masse grasse, il la puise aussi, temporairement, dans les protéines corporelles (c’est à dire les muscles). Et c’est là que les extraordinaires pouvoirs du corps humain se précisent… Dès le 5e jour de jeûne, notre organisme va cesser de puiser cette énergie dans les protéines pour se concentrer principalement sur celle présente dans les tissus adipeux. Il s’agit là d’un véritable mécanisme de survie permettant non seulement de limiter la fonte musculaire mais surtout d’épargner au maximum ces protéines indispensables aux fonctions vitales de l’organisme (notamment le cœur).

6e jour de jeûne : la phase de croisière

Après une semaine de jeûne, afin d’épargner au maximum nos muscles, l’organisme va ainsi amplifier la production d’énergie à partir des graisses stockées dans l’organisme… Et la production de corps cétoniques par le foie se poursuit. La crise d’acidose passée, notre organisme s’habitue à ces corps cétoniques. Et pour cause : ils se révéleront être de véritables alliés tout au long de cette période de jeûne. Ces substances ont des propriétés anorexigènes et psychostimulantes. En parallèle, les sécrétions hormonales augmentent : la dopamine, l’adrénaline, la noradrénaline, la sérotonine… Un cocktail euphorisant, stimulant, capable de stabiliser la sensation de faim et la fatigue !

Après une semaine : une surveillance médicale s’impose

Si l’on poursuit l’expérience du jeûne au-delà d’une semaine, l’ensemble des mécanismes physiologiques d’adaptation s’accentuent. La production de corps cétoniques à partir des graisses stockées dans l’organisme va inéluctablement faire fondre les graisses. Avec à la clé, une perte de poids. Il faut consulter impérativement votre médecin ! Une surveillance médicale est obligatoire pour un jeûne supérieur à une semaine. Des examens médicaux pourront alors être prescrits : cœur, tension…

2 réflexions au sujet de « J’ai fait un jeûne »

  1. Je pense que vous l’avez mal vécu, en tout cas différemment de la façon dont d’autres le vivent, car vous avec abordé ce jeûne comme un challenge : erreur, sans compter votre impatience à vous nourrir à nouveau !
    Le jeûne est mieux appréhendé lorsqu’il y a des raisons précises qui vous décident à l’expérimenter, évidemment autres que de « voir ce que ça fait ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *